AccueilLa UNEStupéfaction de la Tunisie, exclue de la conférence de Berlin sur la...

Stupéfaction de la Tunisie, exclue de la conférence de Berlin sur la Libye

La Tunisie n’a pas tardé à sortir de sa réserve pour exprimer sa « vive consternation et sa stupéfaction » suite à son exclusion de la conférence de Berlin dont le gouvernement allemand a annoncé la tenue, dimanche prochain, à l’effet de discuter la crise libyenne.

- Publicité-

C’est son ambassadeur en Allemagne, Ahmed Chafra, qui en a fait part dans une interview à la Deutsche Welle, le média international de la République fédérale d’Allemagne, soulignant que la Tunisie est le pays le plus concerné par la situation en Libye et en même temps celui qui se ressent le plus de ce qui se passe actuellement chez son voisin.

« La Tunisie a accueilli son exclusion de la conférence de Berlin avec d’autant plus d’étonnement qu’elle est le fait de l’Allemagne, un partenaire uni à la Tunisie par des relations excellentes fondées sur la confiance et qui remontent loin dans le temps, la Tunisie ayant été le seul pays arabe à ne pas avoir rompu en 1965 ses relations diplomatiques avec l’Allemagne de l’Ouest [son appellation à l’époque]… C’est pourquoi nous ressentons aujourd’hui une vive consternation que la Tunisie         soit le seul à être écarté par l’Allemagne », a dit le diplomate.

Des contacta au plus haut niveau … de nul effet !

Pourtant, a noté l’ambassadeur, des contacts au plus haut niveau ont eu lieu entre les deux parties, alors que d’intenses démarches ont été lancées depuis le démarrage des préparatifs de la conférence de Berlin. La Tunisie s’est efforcée de sensibiliser l’Allemagne à l’importance du rôle des pays voisins de la Libye, étant les premières victimes de la crise libyenne. La diplomatie tunisienne a été très active à tous les niveaux, a rappelé le diplomate citant la rencontre du président de la République tunisienne, Kais Saied, avec le ministre allemand des Affaires étrangères, dont la part du lion a été consacrée au dossier libyen. « Je suis convaincu de la partie allemande réalisait l’importance que revêt ce dossier pour la Tunisie, et principalement l’opinion publique tunisienne, a-t-il indiqué.

L’ambassadeur Ahmed Chafra a déclaré ne pas comprendre la position allemande, ni les précisions et les justifications de l’exclusion de la Tunisie, ajoutant que « ce qui lui a été présenté à ce sujet n’est pas convaincant, car le rôle de la Tunisie et la confiance dont elle jouit auprès des Libyens ne sont plus à démontrer, alors que de nombreux Etats ont appelé à associer la Tunisie au processus de Berlin ». D’autant que la majeure part des défis économiques et sécuritaires auxquels la Tunisie fait face ont pour origine la Libye, a-t-il affirmé, soulignant que la Tunisie paie le lourd tribut au titre de la détérioration de la situation en Libye.

L’exclusion de la Tunisie ne sied pas à son statut de membre non permanent du Conseil de sécurité de l’ONU, a fait savoir l’ambassadeur tunisien qui a rappelé l’accord         conclu par la Tunisie et l’Allemagne aux termes duquel elles s’engagent à travailler de concert sur les différents dossiers régionaux et internationaux.

Des répercussions sont à craindre !

Le diplomate a dit craindre que ce dossier ait des répercussions auprès de l’opinion publique tunisienne, précisant que « notre vœu est que la position allemande et l’exclusion de la Tunisie de la conférence de Berlin n’écornent pas l’image de l’Allemagne et le grand capital d’estime et de considération dont elle jouit en Tunisie. Il a indiqué qu’il ne pense pas que l’Allemagne, de par son statut, son poids et sa position, puisse céder à des pressions qui auraient été exercées par des parties en Libye et ailleurs dans la région en vue de l’exclusion de la Tunisie.

Enfin, l’ambassadeur de Tunisie à Berlin a affirmé qu’il ne pense pas non plus que « la Tunisie paie le prix de son attachement à la légalité internationale et au règlement pacifique ». « Notre engagement est ferme envers la légalité internationale et aux résolutions onusiennes relatives à la crise libyenne », a dit le diplomate tunisien affirmant que l’attachement à la légalité internationale est un choix constant de la diplomatie tunisienne.

Traduction AM

2 Commentaires

  1. Ils faut que la tunisie ferme ses frontières et n’acceuil aucuns lybien sur son sol .
    La Tunisie a dans un passée proches servie de refuge aux lybien qui fuyaient leurs pays ( plus d’un millions ),
    d’orenavent, que l’Allemagne les prennent en charge la prochaine fois.

  2. La Tunisie exclue de la conférence de Berlin, pour sa mauvaise politique étrangère, elle n’a pas suivi la voie de la raison et de la sagesse de BOURGUIBA, elle s’est rallié avec la Turquie ennemie numéro un de l’Europe.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,440SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles