Venezuela : Une inflation de 342 161% sur un an !

Venezuela : Une inflation de 342 161% sur un an !

par -

On a rarement vu ça dans toute l’histoire de l’humanité : Une inflation qui monte à 233,3%. C’était le cas au Venezuela en septembre dernier, à en croire un rapport publié lundi 09 octobre 2018 par le Parlement, la seule institution du pays pilotée par l’opposition. Calculée sur un an, la hausse des prix s’établit à 342 161%, rapporte l’AFP.
L’inflation annuelle, de septembre 2017 à septembre 2018, se situe à 342.161%, un chiffre vraiment accablant“, a déclaré le député Juan Andrés Mejia devant la presse.
D’après le rapport des élus, en septembre 2018 les prix ont bondi en avant de 233,3%. “C’est le chiffre le plus important depuis le début de l’année et cela accentue bien évidemment l’hyperinflation que nous subissons actuellement“, a ajouté Mejia.

En août, toujours d’après la même source, l’inflation a excédé le seuil des 200%, tandis que l’évolution des prix sur un an s’établissait à 200.005%. “Cela nous donne une projection de 1.030.281% d’inflation à la fin de l’année“, a précisé le député. Ce niveau d’inflation cadre avec les prévisions du Fonds monétaire international, selon lequel l’hyperinflation au Venezuela pourrait aller au-delà de 1 000 000% d’ici fin 2018.

En août, le chef de l’Etat, Nicolas Maduro, un socialiste, a décidé de tenter un électrochoc face à la crise économique, en montant le salaire minimum, plus de 30 de fois le niveau actuel ; au menu également une dévaluation de 96% du bolivar et une élévation de la TVA et du carburant, dont le pays est pourtant un gros producteur. Mais rien n’y a fait, l’inflation bat toujours des records mondiaux, elle grimpe de 4% chaque jour, d’après le rapport parlementaire.
La hausse du coût de la vie en une seule journée au Venezuela écrase le taux recensé en Colombie voisine durant les 12 derniers mois (3,23%).
Pour ne pas en rajouter à l’affolement et à la sinistrose générale (pénurie de denrées alimentaires, de médicaments et de tous les biens de consommation courante), la Banque Centrale a cessé depuis février 2016 de publier des données sur l’évolution de l’économie.

D’après les experts, le Venezuela doit ses déboires à une émission débridée de monnaie, pour un pays plongé dans la récession depuis 2014 à cause de la fonte des prix du pétrole et de la production de brut. A noter que le budget national est alimenté à 96% par les recettes du pétrole.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire