AccueilLa UNEVers une meilleure gestion de la crise Covid ?

Vers une meilleure gestion de la crise Covid ?

On ne sait si c’est l’émulsion et les couleuvres avalées au cours de sa dernière réunion avec le chef de l’Etat, ou si c’est sa dernière quarantaine, des suites de soupçons d’atteinte du Covid, qui a fini par lui éclairer la voie de ce qu’il devait faire pour essayer de rattraper le temps perdu.

- Publicité-

Ce qui est sûr, c’est que le chef du gouvernement commence à raisonner correctement, pour une lutte efficace contre la pandémie du Covid-19 dans son pays. Dans tous les cas, Hichem Mechichi commence enfin à faire ce qu’il fallait.

–          Un « coup de pied dans la fourmilière » du ministère de la Santé ?

Et ce sont ainsi au moins cinq importantes décisions prises, dont l’accord pour la conclusion de 840 contrats de services supplémentaires au profit des hôpitaux de campagne, la signature d’un contrat pour l’achat d’un millier de concentrateurs d’oxygène, et d’un autre contrat pour l’achat de plus de 3,5 millions doses du vaccin américain Johnson & Johnson à injection unique.

En fait, selon nos informations, le chef du gouvernement avait auparavant fait deux autres choses. D’abord, se décider à recourir au budget de développement, par ailleurs très peu utilisé et cela depuis des années, pour financer ces décisions. Un recours à de l’argent disponible et pas utilisé, qui résoudra certainement, au moins une partie du manque de liquidité. Et on croit savoir que même la BCT pourrait participer à cette action, en faisant avance à la trésorerie en cas de besoin. Et un recours aussi, qui élève enfin la vaccination au rang d’investissement, dans un pays ravagé par la pandémie et qui a déjà perdu un secteur qui représente 14 % de son PIB, le tourisme.

Ensuite, se décider un donner un « coup de pied dans la fourmilière du ministère de la Santé ». Et il ne serait même plus exclu que ce coup de pied dans la fourmilière touche l’équipe de l’actuel ministre Faouzi Mehdi. Nos sources affirment, en effet, que tous ces contrats étaient déjà sur le bureau de Mehdi qui, pour des raisons encore inconnues, rechignait encore à les mettre en exécution.

On sait, par ailleurs, comme l’avait dit le porte-parole officiel du mouvement Ennahdha Fathi Ayadi, que l’actuel ministre serait désormais sur un siège éjectable. Hichem Mechichi franchira-t-il le pas pour appuyer sur  le bouton ? Cela reste pour l’instant improbable, mais pas impossible.

Autre décision, non encore annoncée, le très possible recours au moyens logistiques de l’ONFP (Office du planning familial), qui devraient être massivement mobilisés pour intensifier la vaccination dans les zones rurales, désormais considérées comme véritable incubateur de contamination. Il pourrait alors manquer à la nouvelle stratégie de Mechichi  l’adoption sans délai de l’état d’urgence médicale, pour faire de la vaccination un acte citoyen obligé, sinon obligatoire !

Et on croit même savoir qu’il n’est même plus exclu que le gouvernement accède à la demande faite par l’industriel Nafaa Ennaifer de permettre aux entreprises qui le désireraient de s’approvisionner elles-mêmes en vaccins et de procéder, elles-mêmes aussi, à une vaccination massive de leurs employés. Mais également  de permettre aux pharmacies la pratique des tests rapides.

Avec toutes ces mesures, le gouvernement pourra enfin dire qu’il se met désormais en ordre de bataille pour essayer de rattraper les batailles perdues dans sa guerre contre le Covid-19. 

1 COMMENTAIRE

  1. Pourquoi tout cela n’a pas été fait dès le départ ? il faut une catastrophe pour qu’on réagisse. Et les morts Covid, ils sont partis par mauvaise gestion du covid ? qui est la cause ? Faut-il juger les responsables qui ont manqué à leur devoir et entraîner des jeunes et des vieux à la mort?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,447SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles