Tags Posts tagged with "irak"

irak

par -

Le chef de l’EI Abou Bakr al-Baghdadi  serait en fuite. Il aurait quitté Mossoul, où il avait fait sa seule apparition publique en juillet 2014, avant que la ville ne soit isolée par les forces irakiennes, rapporte l’AFP, citant un responsable de la Défense américaine.

Le calife autoproclamé de l’EI avait fait sa seule apparition publique à Mossoul en juillet 2014, peu après la prise de la deuxième ville irakienne par son organisation.

par -

Le ministre des Affaires étrangères, Khemaies Jhinaoui, en visite officielle en Irak les 8 et 9 mars, s’est entretenu, mercredi 8 Mars 2017, à Bagdad avec le président irakien Foued Massoum des relations tuniso-irakiennes et des moyens de les consolider, indique un communiqué du ministère.

Le ministre tunisien des affaires étrangères a transmis à cette occasion au chef de l’Etat irakien les félicitations du président de la république Beji Caid Essebsi pour les succès continus des forces irakiennes dans la guerre contre le terrorisme, précise le communiqué.
Pour sa part, le président Massoum, a rendu hommage à la Tunisie pour le succès de sa transition démocratique, rappelant la solidité des relations entre les deux pays et les deux peuples frères et réaffirmant la volonté de son pays de consolider les relations avec la Tunisie dans tous les domaines, notamment en matière de sécurité et de lutte contre le terrorisme.
L’entretien a porté également sur « les principales questions régionales et internationales d’intérêt commun, notamment les efforts de lutte contre le terrorisme et la crise libyenne ».

par -

La Grande-Bretagne a accepté d’accorder à l’Irak des prêts totalisant 10 milliards de livres sterling (11,57 milliards d’euros) sur une période de dix ans pour financer d’importants projets d’infrastructure, a annoncé Reuters.

Seules des compagnies britanniques seront autorisées à nouer des contrats avec les autorités irakiennes dans le cadre de ces projets.

Certains d’entre eux se situeront dans les secteurs des égouts et de l’approvisionnement en eau.

Quatorze ans après la chute de Saddam Hussein et l’invasion militaire conduite par les Etats-Unis, l’Irak souffre toujours de gros problèmes d’infrastructure, notamment dans les services d’eau et d’électricité. Le pays manque aussi d’hôpitaux et d’écoles.

par -

Un marché de Bagdad a été la cible d’un attentat à la voiture piégée jeudi 16 février 2017. Un premier bilan faisait état de seize morts et 25 blessés, il s’est depuis alourdi à 39 morts, selon l’agence internationale AFP.

L’explosion, qui n’a pas été revendiquée dans l’immédiat, s’est produite dans le quartier de Bayaa, dans le sud de la ville, où quatre personnes avaient déjà péri mardi dans un attentat à la voiture piégée, a précisé la même source.

par -

Au moins 12 personnes ont été tuées dimanche dans un attentat suicide à la voiture piégée à Bagdad, rapporte europe1.fr, citant des sources médicales et de sécurité.

Cet attentat, le dernier en date d’attaques sanglantes commises en Irak, a été perpétré par un kamikaze qui a fait exploser sa voiture à l’entrée du principal marché de fruits et légumes de la capitale irakienne, selon ces sources. « Un soldat en garde à l’entrée du marché Jamila a ouvert le feu sur une voiture suspecte après en avoir été alerté mais le kamikaze a fait exploser le véhicule », a expliqué le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Saad Maan.

L’attentat qui n’a pas été revendiqué dans l’immédiat, a également fait 35 blessés, selon un premier bilan fourni par des sources hospitalières et un colonel de police. Le soldat en garde a été blessé. Après une période de calme relatif, la capitale irakienne fait face à une recrudescence d’attentats depuis le lancement, le 17 octobre, de l’offensive pour reconquérir Mossoul, deuxième ville du pays et fief des djihadistes.

par -

Au moins 17 personnes ont été tuées et des dizaines blessées lundi dans un attentat suicide à la voiture piégée commis dans un quartier à majorité chiite de Bagdad, a-t-on appris auprès de sources policière et hospitalière irakiennes, rapporte lepoint.fr

Cet attentat, qui n’a pas été revendiqué dans l’immédiat, survient le jour de la visite à Bagdad du président français François Hollande.

Il avait jugé un peu plus tôt dans la matinée qu' »agir contre le terrorisme ici en Irak, c’est aussi prévenir des actes terroristes » en France.

De nombreuses victimes de l’attentat de Bagdad étaient des travailleurs journaliers qui attendaient d’être embauchés sur une place de Sadr City, un quartier situé dans le nord-est de la capitale, théâtre de fréquents attentats meurtriers, rapporte la même source.

par -
Une vidéo a été publiée récemment comportant des personnes à bord d’une voiture algérienne qui étaient en train de se promener dans

Les forces irakiennes ont lancé, hier jeudi 29 décembre, la deuxième phase de leur offensive pour reprendre totalement la partie orientale de Mossoul au groupe État islamique, qui contrôle la deuxième ville du pays depuis plus de deux ans, rapporte « France 24 ».

Les forces d’élite du contre-terrorisme (CTS) ont pris le contrôle de plusieurs quartiers de l’Est et se rapprochent maintenant du Tigre, le fleuve qui traverse la ville du Nord au Sud. Mais les jihadistes continuent d’occuper la totalité de la partie occidentale de la cité, a précisé la même source.

par -

L’Américain John Nixon, ancien analyste de la CIA – jusqu’en 2014 – et spécialiste de l’Irak, a révélé des aspects méconnus de Saddam Hussein, dont la chute a provoqué les déflagrations que l’on sait, rapporte Jeune Afrique. Nixon est idéalement placé pour le faire car c’est lui qui avait la charge du débriefing de l’ex-dictateur de Bagdad après sa capture, le 13 décembre 2003.

L’ex-agent secret vient de publier ses Mémoires, intitulés « Debriefing the Président : The Interrogation of Saddam Hussein », et le moins qu’on puisse dire est que son contenu est très étonnant et très édifiant à bien des égards. D’abord cet épisode très particulier de la vérification de l’identité du prisonnier, histoire de s’assurer qu’ils n’ont pas affaire à un de ses fameux sosies. Nixon y parvient grâce à un tatouage tribal sur la main droite et à la cicatrice causée par un impact de balle en 1959. Puis vient l’interrogatoire. Interminable : 27 heures pour que Saddam déballe tout.

Quand Georges W. Bush déclenche sa croisade qui allait bouleverser le monde, en mars 2003, l’ex-homme fort de l’Irak n’avait déjà, toujours selon Nixon, plus la main sur la direction des dossiers du pays. Il en avait confié la charge à son vice-président, Taha Yassin Ramadan, pour avoir les coudées franches dans son costume de romancier. En fait, il était en train de rédiger le deuxième tome de son roman, « Zabiba et le Roi ». D’ailleurs quand il décline son identité face à l’agent de la CIA, il se définit comme « président et écrivain », et proteste parce qu’on lui a retiré son manuscrit et ses stylos, alors que les canons des chars américains sont à quelques mètres de lui !

Nixon le décrit comme un président complètement dans les vapes, un grand naïf, qui se demande, le plus sérieusement du monde, pourquoi Washington n’a pas fait de lui un allié dans leur lutte commune contre le péril islamiste, au lieu de s’échiner à inventer des théories fumeuses sur les armes de destruction massive. « Vous avez trouvé un traitre pour vous mener jusqu’à moi, mais pas un seul traitre pour vous révéler l’emplacement de ces armes ! », avait lancé Saddam en direction des nouveaux maitres de l’Irak. Puis il a ajouté ces mots qui détonnent des années après, qui ont maintenant un statut de prophétie, et le seront de plus en plus au fil du temps : « Vous allez échouer. Vous ne connaissez ni notre langue, ni notre histoire, et vous ne comprenez rien à l’esprit arabe. Vous allez découvrir à quel point il est difficile de gouverner l’Irak ! » Il aurait pu ajouter : « et à quel point déstabiliser l’Irak peut mettre en péril la sécurité du monde entier ». Mais même s’il l’avait dit, ça serait tombé dans l’oreille de sourds, vu l’aveuglement qui présidait à l’époque aux destinées des USA, et de la planète entière…

par -

Au moins 23 personnes, dont 15 civils, ont été tuées, hier jeudi, dans trois attentats simultanés à la voiture piégée dans une localité du nord de l’Irak, selon l’agence AFP.

L’attaque a été revendiquée par l’EI qui a évoqué des attentats commis par trois kamikazes au volant de voitures piégées.

Gogjali est située à la lisière est de Mossoul, le fief de l’EI depuis l’été 2014 qui est visé par une offensive des forces irakiennes depuis le 17 octobre, nous apprend la même source.

par -

La Tunisie devra accueillir environ 1500 de ses ressortissants, considérés comme des terroristes et qui seront expulsés en 2017 par les autorités irakiennes et syriennes, rapporte, ce mardi 6 décembre 2016, le journal Achourouk.

Le président de la République, Béji Caied Essebsi, a récemment déclaré qu’il est impossible d’incarcérer tous les djihadistes qui reviennent en Tunisie, ajoute la même source.

par -
Dans l’interview accordée à Al Arabiya

Soixante-dix pèlerins chiites ont été tués, ce jeudi 24 novembre 2016 , suite à l’explosion d’un camion piégé en Irak, dans une station-service de Chomali, à 120 km au sud-est de la capitale, Bagdad, rapporte « Le monde.fr ».

Cet attentat a été revendiqué par l’organisation Etat islamique. La plupart des victimes sont des Iraniens et Bahreïniens, selon la même source.

par -

L’organisation Human rights watch (HRW) a déclaré, ce jeudi 17 novembre 2016, que les combattants de l’organisation de l’EI ont probablement exécuté plus de 300 policiers irakiens il y a trois semaines et ont jeté leurs corps dans une fosse commune au sud de Mossoul, rapporte « Le Figaro ».

A noter  que les forces irakiennes ont annoncé avoir reprendre plus du tiers de l’est de Mossoul au groupe djihadiste Etat islamique quatre semaines après le lancement de leur offensive contre ce bastion terroriste en Irak.

par -
Dans l’interview accordée à Al Arabiya

Les troupes d’élite irakiennes, qui encerclent depuis mardi dernier la ville de Mossoul, deuxième plus grande ville du pays et dernier grand fief de Daech, s’attendaient sûrement à une résistance des djihadistes, mais certainement pas avec cette intensité. Les forces spéciales, qui ont fait mouvement vers l’est de la ville ce vendredi 04 novembre, se sont heurtées à des combattants coriaces, requinqués par l’appel de leur « calife », Abou Bakr al-Baghdadi, qui leur a intimé l’ordre de ne pas se «replier».

Pour enrayer la vague de fuites au sein de ses rangs et parmi la population civile, les éléments de l’Etat islamique, du moins ce qui en reste, ont assassiné des centaines de personnes dans les environs de son bastion, qu’il tient de moins en moins…

par -

Le leader djihadiste Abou Bakr al-Baghdadi a appelé dans une vidéo diffusée,ce jeudi 3 novembre 2016, par Al-Furqan, un organe de propagande lié à Daech, ses combattants à ne pas se «replier» face à l’armée irakienne, qui a lancé ces derniers jours une offensive pour reprendre la ville, bastion de Daech en Irak. « Cette guerre totale et le djihad que mène aujourd’hui l’État islamique ne fait qu’affermir notre foi, la volonté de Dieu et notre conviction selon laquelle tout ceci n’est qu’un prélude à la victoire », a déclaré Al Baghdadi dans ce message. On rappelle que les États-Unis avaient confirmé la mort du terroriste Abou Bakr al-Baghdadine et qu’il s’était pas exprimé publiquement depuis près d’un an.

5 entreprises tunisiennes, sous la houlette de l’ambassade de Tunis en Irak, exposent actuellement leurs produits au salon de l’agroalimentaire en Irak. Il s’agit de la société des conserves (ton et sardines) et d’huile végétale et 4 autres spécialisées dans l’huile de tournesol, les équipements agricoles, l’électricité et le tourisme.

Il s’agit de la première participation de la Tunisie à ce salon, après celle de l’année 2003, ce qui annoncé le retour des entreprises et des produits tunisiens sur le marché irakien, qui reste le plus important marché dans la région du Moyen-Orient et dans le monde en général.

Le marché tunisien jouit en effet d’une excellente réputation sur ce marché, qui importe la plupart de ses besoins en agroalimentaire.

Le pavillon tunisien a connu une forte affluence de la part des responsables irakiens, avec à leur tête le ministre du Commerce par intérim, Salmane Jemili ainsi que les visiteurs du salon. Le pavillon tunisien a également connu une importante couverture médiatique locale. C’est ainsi que « Le jour de la Tunisie » sera  organisé jeudi 3 novembre 2016. En marge de cette journée, des séances de dégustation de plats et pâtisseries tunisiennes traditionnelles seront organisées à cette occasion.

La participation de la Tunisie à ce salon sera une occasion pour les Tunisiens de nouer des contacts et des partenariats avec des hommes d’affaires irakiens.

par -

Les forces spéciales irakiennes sont en ce moment aux abords de Mossoul, deuxième ville d’Irak et fief de Daech depuis 2 ans, rapporte l’AFP ce mardi 1er novembre 2016. Sûr de la victoire imminente de ses troupes, le Premier ministre irakien, Haider al-Abadi, invite les djihadistes à «se rendre ou mourir».
«Nous allons refermer notre étau sur l’EI de tous les côtés», a affirmé al-Abadi dans un discours à la télévision publique irakienne hier lundi tard dans la soirée. Les djihadistes «n’ont pas d’échappatoire ». Au moment où le Premier ministre prenait la parole, les forces d’élite du contre-terrorisme (CTS) étaient aux abords de Mossoul, où elles espèrent percer rapidement dès que le feu vert sera donné

«Nous avançons en ce moment dans Gogjali», un village aux abords des quartiers est de Mossoul, a confié à l’AFP un commandant de ces forces, Abdelwahab al-Saadi. «Notre prochaine étape sera d’entrer dans (les quartiers) d’Al-Zahra et Al-Karama qui sont dans l’est de Mossoul», a-t-il ajouté.

Certes les troupes d’élite sont pressées d’entrer dans l’agglomération de Mossoul et d’en découdre avec l’Etat islamique, ce qui serait déjà un exploit vu que l’offensive a été déclenchée le 17 octobre, mais elles devront attendre des renforts pour mettre toutes les chances de leur côté lors de la bataille décisive, qui sera à coup sûr une série de combats de rue sanglants pour débusquer les activistes de Daech.

Des dizaines de milliers d’éléments des forces irakiennes convergent en ce moment vers Mossoul, appuyés par des tirs aériens de la coalition internationale pilotée par les USA. A l’est et au nord de la ville, les combattants kurdes sont solidement campés dans les villages arrachés récemment à Daech

Au sud, les forces du gouvernement fédéral avancent vite mais sont encore loin du sud de Mossoul. A l’ouest, les forces paramilitaires du Hachd al-Chaabi, une coalition animée par des milices chiites armées par l’Iran, essaient de boucher les lignes de ravitaillement de l’EI avec la Syrie. A noter qu’elles ont mis la main sur des villages sur la route de Tal Afar, une localité stratégique.
Par contre les responsables du Hachd al-Chaabi donnent des gages en déclarant qu’ils s’abstiendront de pénétrer à Mossoul, une ville majoritairement sunnite, rappelons-le. Mais les chefs sur le terrain ne sont pas aussi formels et ont manifestement l’intention de revendiquer leur part dans l’assaut final en entrant dans le bastion de Daech

Il est prévu que les forces irakiennes, une fois Mossoul assiégé, aménagent des couloirs humanitaires pour laisser les civils sortir de la ville. C’est seulement après qu’elles vont investir les rues de la ville pour entamer les combats rapprochés avec 3.000 à 5.000 djihadistes encore planqués à Mossoul, d’après des estimations du Pentagone.

par -

Des kamikazes ont attaqué jeudi plusieurs bâtiments de la ville de Kirkouk, ville du nord de l’Irak contrôlée par les forces kurdes, et d’autres ont tué au moins 16 personnes dans un attentat contre une centrale électrique dans la province du même nom, selon l’AFP.

Ces attentats n’ont pas été immédiatement revendiqués mais les soupçons sur des attaques du type tournent souvent autour des jihadistes du groupe État islamique (EI), contre lesquels les forces de sécurité irakiennes et kurdes ont lancé cette semaine une grande offensive pour les chasser de leur bastion de Mossoul (nord), a ajouté la même source.

par -

Rien ne semble pouvoir stopper les diatribes du président turc, Recep Tayyip Erdogan. Après avoir renvoyé dans les cordes les Européens qui lui reprochaient son tour de vis et les purges massives suite au coup d’Etat raté du 15 juillet dernier, le voilà qui s’en prend violemment au Premier ministre irakien, Haidar al-Abadi, qui a eu le seul tort de dénoncer l’irruption massive des troupes turques en Irak, en prévision de la grande bataille pour arracher Mossoul à Daech.

2000 soldats turcs seraient actuellement stationnés en Irak, surtout dans la base militaire de Bachiqa. Pour Bagdad, quoi qu’en dise Ankara, ces unités ne sont qu’une “force d’occupation”. Pour les Irakiens pas question de laisser les Turcs prendre une part active dans l’assaut final contre les djihadistes, aux côtés des forces internationales, kurdes et irakiennes. Et quand on dit ça à Erdogan, il voit rouge, comme si on commettait un crime de lèse-majesté. C’est pour cette raison qu’il a rabroué le chef du gouvernement irakien, exactement comme le ferait un sultan vis-à-vis d’un sujet indélicat.

Pour l’homme fort de la Turquie, devenu incroyablement irritable depuis qu’il est contesté par une frange non négligeable de sa population, al-Abadi l’a “insulté personnellement”. Ce qui l’a autorisé à lâcher un torrent de propos peu amènes, et le mot est faible, surtout venant d’un chef d’Etat en direction d’un autre Etat. “Tu n’es pas mon interlocuteur, tu n’es pas à mon niveau. Peu nous importe que tu cries depuis l’Irak, nous continuerons à faire ce que nous pensons devoir faire. C’est qui le Premier ministre irakien ? Reste à ta place”, a lâché depuis Istanbul un Erdogan survolté, devant des partisans qui ne l’étaient pas moins. Pour la diplomatie, on repassera…

Haidar al-Abadi n’a pas souhaité faire monter les enchères et a préféré prendre de la hauteur en déclarant qu’Erdogan “jetait de l’huile sur le feu”. Il a confié sa crainte quant à une “aventure turque » qui se muerait en « guerre régionale”. Une attitude que le président turc pourrait interpréter comme de la condescendance et de la suffisance, préférant peut-être une bonne joute oratoire où il est à peu près sûr de triompher…

par -
Les Etats-Unis ont effectué dimanche de nouveaux bombardements aériens

Le président américain Barack Obama a donné son feu vert à l’envoi de quelque 600 soldats supplémentaires en Irak pour aider les forces gouvernementales à reprendre Mossoul aux jihadistes de l’organisation de l’État islamique (EI), rapporte France 24.

Ces nouvelles recrues viendront s’ajouter aux 4 600 soldats américains déjà présents en Irak, d’où les États-Unis s’étaient retirés militairement fin 2011. Leur rôle sera d »entraîner » et de « conseiller les Irakiens au moment où la préparation pour la campagne de Mossoul s’intensifie », d’après les mêmes sources américaines.

par -
Le bataillon « Daach » a revendiqué mardi

Bagdad a été encore endeuillé hier vendredi 09 septembre juste avant minuit. Deux voitures ont explosé devant un centre commercial, faisant au moins 13 morts et plus de 30 blessés, ont confié la police et des sources médicales à l’AFP ce samedi.

La détonation a été provoquée par une charge installée dans une voiture et une autre par un véhicule bourré d’explosifs piloté par un kamikaze, a indiqué un colonel de la police.

Les magasins du centre commercial étaient en encore activité pour cause d’Aïd el-Adha, la grande fête musulmane du sacrifice. Le porte-parole du ministère de l’Intérieur a affirmé que pour autant on n’a pas enregistré des victimes à l’intérieur du centre commercial. Les détonations pouvaient faire plus de dégâts humains car le centre commercial al-Nakheel est au coeur de la capitale irakienne et abrite l’un des cinémas les plus fréquentés de Bagdad.

Pour le moment aucun groupe n’a revendiqué le double attentat, même si la grande majorité des attentats à Bagdad ces derniers mois ont été le fait de l’organisation de l’Etat islamique (EI).

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Les craintes n’ont pas lieu d’être et l’Etat n’est pas au bord de la faillite, a assuré le ministre conseiller auprès du chef du...

AFRIQUE

Au terme d’un procès très éloigné des standards internationaux et auquel nos organisations avaient refusé de participer, Simone Gbagbo a été acquittée hier soir...