Enlisée dans le déni des autorités, l’ODC s’élève contre la dégradation du...

Enlisée dans le déni des autorités, l’ODC s’élève contre la dégradation du pouvoir d’achat!

par -

Les consommateurs tunisiens n’ont de cesse de s’inquiéter de leur pouvoir d’achat malmené par les successives  flambées des prix, et par conséquent les difficultés croissantes à subvenir à leurs besoins au quotidien. Les prix des produits alimentaires, des fruits et légumes de base se sont envolés, pour atteindre des niveaux préoccupants. Au point que la spirale des prix des aliments de base représente actuellement l’une des principaux soucis des Tunisiens, mais personne n’en parlait… Reste à déterminer qui sont les vrais responsables !

C’est dans ce contexte que l’Organisation de défense du consommateur (ODC) a tiré la sonnette d’alarme et a appelé le gouvernement, la Banque centrale de Tunisie (BCT) et la Présidence du gouvernement à prendre des mesures concrètes et urgentes pour lutter contre le glissement “dangereux” du pouvoir d’achat qui menace la paix sociale et la cohésion de la société tunisienne.

L’organisation a proposé, ainsi, un ensemble de mesures visant à surmonter cette crise, dont l’importation des produits fortement demandés afin de réguler les prix et mettre fin au monopole.
Selon un communiqué, publié par l’ODC, elle a plaidé pour l’intensification des campagnes de contrôle des prix des produits de base pour stopper la hausse, en raison de la régression du rôle de surveillance de l’Etat et la propagation du phénomène de non respect des prix.

L’ODC a proposé de prendre des mesures préventives pour faire face aux principales saisons de consommation (Ramadan, l’été), outre l’organisation de campagnes de sensibilisation pour lutter contre la consommation des produits non essentiels tout en encourageant la consommation des produits tunisiens.

Elle a recommandé, également, d’organiser une campagne de sensibilisation pour rationaliser la consommation des citoyens et son orientation vers des produits moins chers, notamment au cours de cette période de crise. Il s’agit aussi de multiplier les points de vente du producteur au consommateur.

A vrai dire, la question de la hausse des prix de produits de consommation semble  constituer l’une des priorités du gouvernement qui considère la guerre contre la hausse des prix comme troisième priorité de son plan d’action après la lutte contre le déséquilibre régional et la lutte contre le chômage. C’est dans ce contexte que des mesures ont été prises pour juguler l’inflation, dont l’ajustement de la liste des produits subventionnés et la fixation du prix de certains produits alimentaires.

De même, une série d’autres mesures a également été annoncée, notamment le durcissement des contrôles des prix en amont et dans les points de vente, le renforcement des contrôles frontaliers, la régulation du marché par l’importation de certains produits et la constitution de stocks de régulation.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire