Tunisie : ça va secouer chez les bijoutiers, la loi va dire...

Tunisie : ça va secouer chez les bijoutiers, la loi va dire son mot!

par -

Le porte-parole du groupement professionnel des bijoutiers affilié à la Conect, Mohamed Saqqa,  affirmé dans une interview accordée ce jeudi 17 août à Africanmanager que le projet de loi relatif à la réorganisation du secteur des bijoux en Tunisie est très avancé étant donné qu’il sera bientôt examiné par un conseil ministériel et par la suite transmis aux députés de l’ARP.

Il a expliqué que cette initiative législative des professionnels du secteur, en concertation avec la Chambre nationale des bijoutiers, s’inscrit dans le cade de la mise en place d’une feuille de route contenant une série de réformes structurelles et ce à travers de l’application d’une batterie de nouvelles lois.

Il a dans ce contexte insisté sur l’importance de ce projet qui portera ses fruits sur le secteur en général via le lancement de plusieurs avantages pour les professionnels du métier dont notamment des garanties au niveau des services publicitaires répondant ainsi aux normes de fabrication de métaux précieux.

Il a ajouté que cette initiative repose sur l’instauration de 15 principaux articles réagissant le secteur en Tunisie.

Nacer Dridi : 70% de l’or sur le marché local est trafiqué!

Selon de récentes déclarations faites par Nacer Dridi, membre du bureau exécutif de l’UTICA,”70% de l’or sur le marché tunisien est trafiqué ; il a précisé que la propagation de ce fléau s’explique par de nombreux facteurs dont notamment l’absence de contrôle et la prolifération des circuits de contrebande et de l’économie parallèle.

Dridi a par ailleurs affirmé que plus de six tonnes d’or en provenance de la Turquie sont entrées illicitement dans le pays depuis 2012. Et de révéler que certains commerçants n’hésitent pas à falsifier les marquages et le sceau de conformité afin de gagner plus.

L’autre son de cloche !

En réaction à ces déclarations jugées «très dangereuses», notamment pour l’économie du pays, le président de la Chambre nationale des bijoutiers, Hatem Ben Youssef, a catégoriquement nié, dans une interview accordée à Africanmanager, les allégations de Dridi.

Ben Youssef a estimé que les “fausses révélations” du membre de l’UTICA pourraient “porter atteinte à l’économie nationale et aux efforts menés par la douane tunisienne dans sa lutte contre la contrefaçon“.

Le secteur de la bijouterie souffre en Tunisie. “Près de 6000 commerçants bijoutiers sont au bord de la faillite et de l’emprisonnement“, a dit Ben Youssef .

Il a indiqué que les lois qui régissent actuellement le secteur, notamment celles de 1942, de 1963 et de 2006, sont en train de le tuer petit à petit…

On rappelle que la Commission Tunisienne des Analyses Financières (CTAF) a récemment insisté dans son dernier rapport intitulé « Evaluation Nationale des Risques de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme/ Avril 2017 » sur l’importance de la mise en place d’un guide de procédures relatif à la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme dans le secteur bancaire et les métiers non financiers avant la fin de 2017, vu l’ampleur des affaires relatives au trafic de métaux précieux dont les quantités saisies ont atteint 43 kg en 2015, pour une valeur de 15,387 millions de dinars.

La CTAF a également passé en revue les dépassements relatifs à la commercialisation de l’or mélangé avec du cuivre, du fer et d’autres matières…

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire