Tunisie : Les cliniques privées appellent Chahed au secours !

Tunisie : Les cliniques privées appellent Chahed au secours !

par -

Le président de la Chambre syndicale nationale des cliniques privées, Khaled Nabli, a appelé, dans une interview accordée ce mardi 26 septembre 2017 à Africanmanager, le gouvernement et le ministère des Affaires étrangères à intervenir dans les plus brefs délais afin de résoudre le problème de l’accumulation des dettes de l’Etat libyen auprès des cliniques privées. Elles dépassent ainsi la somme de 200 millions de dinars, selon ses dires.

Il a, dans ce contexte, précisé que l’Etat libyen avait promis que les dettes seront remboursées progressivement, mais il n’en fut rien. «Nous avons tenté, à plusieurs reprises, de négocier avec les autorités libyennes dans le but de parvenir à une solution, mais face à l’échec de ces tentatives, nous nous tournons vers l’Etat, afin qu’il règle le problème de cette dette qui est devenue très lourdes», a expliqué Khaled Nabli.

Le président de la Chambre a fait savoir que le montant qui était censé être payé représentait seulement près de 15% des dettes auprès des cliniques privées en Tunisie, dont la valeur exacte est de 230 millions de dinars tunisiens et que 55 cliniques sont concernées par ces dettes qui se sont accumulées de 2011 jusqu’à la fin de 2016.

Sur un autre volet, Nabli a affirmé qu’il est reste toujours optimiste et que les problèmes des cliniques privées seront bientôt résolus étant donné qu’une réunion se tiendra mardi prochain entre les représentants de la Chambre syndicale des cliniques privées et l’ambassadeur libyen.

On rappelle que Salah Moubarek, conseiller du ministre libyen des Finances, avait annoncé que la rencontre qui a eu lieu en mars dernier entre le ministre libyen des Finances, Oussama Hammed, et l’ancienne ministre tunisienne de la Santé, Samira Merai, a permis de mettre en place plusieurs mesures pour la résolution du problème des dettes libyennes envers les cliniques locales.

Les deux responsables se sont mis d’accord sur la création d’un comité chargé de veiller sur le bon déroulement de l’affaire, et le suivi de l’engagement des Libyens à rembourser, dans un premier temps, 60% de leurs dettes dans chaque clinique.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire