34 C
Tunisie
samedi 15 août 2020
Accueil La UNE La Tunisie a fait l’essentiel contre les terroristes mais gare à ceux...

La Tunisie a fait l’essentiel contre les terroristes mais gare à ceux en instance de retour, avertit le Washington Post

La Tunisie semble partie pour maîtriser la question terroriste en s’y attelant à bras-le-corps, comme l’attestent le nombre et l’envergure des opérations dont elle a été le théâtre depuis celle de Ben Guerdane qui a marqué la fin d’un cycle. Même les craintes suscitées par le retour des Tunisiens accourus sur les champs de bataille d’Irak, de Libye et de Syrie pour rejoindre Daech et Al-Qaïda, plus que de toute autre nationalité, ne se sont pas concrétisées, selon les autorités tunisiennes, les diplomates occidentaux et les analystes régionaux, cités par le Washington Post qui consacre un article bien senti aux risques que ce retour pourraient provoquer en Tunisie.

Au lieu de cela, ajoute-t-il cependant, Daech et Al-Qaïda s’emploient à recruter une nouvelle génération d’habitants pour organiser des attaques terroristes chez eux, notamment le mois dernier près de la frontière algérienne où six gardes nationaux ont été tués.

«C’est avant tout un produit local»

«C’est avant tout un produit local», a déclaré Matt Herbert, associé chez Maharbal, une société de conseil en sécurité basée à Tunis. « La majorité des Tunisiens qui ont survécu à la Libye et à la Syrie ne sont pas revenus ».

La poursuite du recrutement local de djihadistes met en lumière les défis auxquels est confrontée la Tunisie où l’attrait idéologique de Daech d’Al-Qaïda semble avoir diminué dans de nombreuses régions du pays. Toutefois, les diplomates et les analystes estiment qu’une ère de troubles politiques, économiques et sociaux post-révolutionnaires suscite encore du ressentiment, en particulier chez les jeunes tunisiens.

«Les crises socioéconomiques sont le meilleur carburant pour l’immigration illégale ou, dans le pire des cas, pour nourrir le terrorisme», a déclaré Patrice Bergamini, ambassadeur de l’Union européenne en Tunisie. Pour une large part, le recrutement a lieu dans les régions montagneuses pauvres du sud-ouest de la Tunisie, le long de la frontière avec l’Algérie. Bien que les extrémistes soient pour la plupart des Tunisiens, ils incluent également des Algériens, des Africains de l’Ouest et des Libyens, selon des analystes régionaux. Environ 15 à 20 Tunisiens seulement seraient des rapatriés de Libye et de Syrie.

Au moins 5 500 Tunisiens se sont rendus ces dernières années en Irak, en Libye et en Syrie pour rejoindre l’Etat islamique et Al-Qaïda, selon les estimations de l’ONU.

La Tunisie, un tremplin vers l’Algérie !

Selon des analystes cités par le Washington Post, beaucoup d’extrémistes qui sont allés en Syrie et en Irak sont morts en combattant dans ces pays. Certains se cachent probablement. D’autres se sont réfugiés en Libye pour rejoindre la filiale de Daech, ou ont peut-être rejoint une branche dans le nord de la péninsule du Sinaï en Égypte. Jusqu’à 800 combattants sont rentrés en Tunisie et la grande majorité d’entre eux sont incarcérés dans tout le pays.

Les extrémistes actuellement actifs en Tunisie utilisent le pays comme base d’attaque contre l’Algérie, qui a mené une longue confrontation avec Al-Qaïda et, plus récemment, avec une nouvelle branche de Daech. «La Tunisie est le pays du recrutement», a déclaré Michael Bechir Ayari, analyste principal en Tunisie pour l’International Crisis Group. D’autres disent que la Tunisie elle-même reste une cible en raison des vues relativement libérales du gouvernement sur l’islam, les femmes et la liberté d’expression.

«Les groupes qui opèrent encore dans les montagnes à l’ouest ont beaucoup de compétences», a déclaré Matt Herbert. «Ils semblent avoir pris de l’ampleur au cours des deux dernières années. Ils ont beaucoup de résistance face aux tentatives tunisiennes de mettre fin à ce conflit. »

« La plupart des habitants de la région du Nord-ouest de la Tunisie mènent une vie extrêmement difficile et sont irrités par le gouvernement, ce qui les rendait sensibles aux appels militants », selon une source locale à Jendouba. «Ils sont malheureux et peuvent facilement être recrutés par les terroristes», a-t-elle ajouté. « Les autorités tunisiennes créent un terreau fertile pour les terroristes, soit en marginalisant les forces de sécurité, soit en marginalisant les populations économiquement. »

Radicalisation carcérale

Les analystes de la sécurité accordent une grande importance aux forces anti-terroristes formées par les États-Unis pour la collecte de renseignements, l’infiltration et le démantèlement de cellules. Mais ils sont préoccupés par les forces non spécialisées dans la lutte antiterroriste, telles que la police et les gardes-frontières, qui ont moins de formation et sont plus exposés aux tentations.

Les analystes sont également de plus en plus préoccupés par le potentiel de radicalisation des prisons en Tunisie, où de nombreux extrémistes sont détenus dans des cellules avec des criminels de droit commun.

« C’est vraiment inquiétant, car il y a une énorme population d’individus dans les prisons surpeuplées qui planifient leurs prochaines actions stratégiques chaque fois qu’ils sont libérés de prison », a déclaré Aaron Zelin, expert des groupes djihadistes à Washington, auteur d’un livre à paraître sur l’histoire du djihadisme tunisien.

L’Etat tunisien, a-t-il ajouté, n’a pas de programmes de réadaptation ou de réinsertion adéquats pour les anciens terroristes. « Donc, s’ils sont libérés, et c’est probable, ils reviendront à leurs anciennes habitudes avec Daech ou Al-Qaïda, en fonction de leur affiliation quand ils y sont entrés. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

104,394FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,290SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles