AccueilLa UNETunisie-Tourisme : Le vote utile pour assurer et rassurer

Tunisie-Tourisme : Le vote utile pour assurer et rassurer

Le chef du gouvernement tunisien a enfin nommé un nouveau ministre de l’Intérieur. Un poste de la plus haute importance, alors que la saison touristique bat son plein. Une nomination qui, si elle avait tardé plus, aurait beaucoup fait jaser. Elle aurait même été source de nouvelles attaques contre Youssef Chahed si, à Dieu ne plaise, la saison touristique avait été troublée par une quelconque nouvelle opération terroriste. Pour l’instant, tout semble être «Under Control», même si la Tunisie est encore loin d’un RAS. On n’en dira pas plus pour ne pas interférer dans les enquêtes en cours et on se limitera aux dernières arrestations de Monastir.

- Publicité-

Le nouveau chef du département de l’Intérieur, Hichem Fourati, n’est pas un inconnu pour Youssef Chahed, puisqu’il le connaissait depuis 2015 lorsqu’il était au «Développement local», ce qui évacue la possibilité de toute mésentente entre chef de gouvernement et son ministre de l’Intérieur, comme ce fut le cas avec Hédi Mejdoub ou Lotfi Brahem. Cela pourrait aussi éviter la traditionnelle redistribution des rôles dans les différentes directions du MI à chaque remaniement. C’est aussi un Enarque, un juriste et un habitué du ministère de l’Avenue Bourguiba, puisqu’il avait été déjà chef de cabinet d’au moins deux anciens ministres de lIintérieur (MI) et ancien gouverneur, poste sous tutelle directe du MI. L’homme, dont on ne connait pas d’accointance politique et qu’on définit généralement de technocrate, sait de quoi il s’agit et saura certainement assurer la continuité dans un département où les compétences ne manquent pas.

Cette nouvelle nomination ministérielle devra cependant remporter l’accord de l’ARP (Assemblée des Représentants du Peuple). Et il ne fait aucun doute que la séance de vote de confiance du nouveau MI se transformera de fait en une séance de vote pour Youssef Chahed lui-même, qui sera présent à l’hémicycle dès que l’ARP décidera de la date de la tenue de cette séance. Les Samia Abbou et autres Amroussia ne devraient pas ainsi laisser passer l’occasion de déverser leur fiel, politique et personnel, sur le chef du gouvernement déjà fragilisé par son propre parti et ses «fissures».

Il ne fait pas de doute non plus que la frange HCE (Hafedh Caïed Essebssi) de Nida Tounes ne ménagera pas ses efforts pour faire de cette séance de vote d’un seul ministre une séance de vote de confiance de tout le gouvernement de Youssef Chahed qu’elle accuse de tous les maux de la Tunisie. Des sources proches du chef du gouvernement accusent déjà Ridha Belhaj de mener une campagne de ralliement contre Youssef Chahed auprès de nombre de députés. Il n’est même pas exclu que le chef de l’Etat lui-même s’y mette pour essayer de mettre à mal un chef de gouvernement. Mais peut-être ne le fera-t-il pas. Sa Conseillère Saida Guarrache vient en effet de publier un statut FB où elle confirme que la nomination du MI s’était faite avec son accord et reste dans les prérogatives du chef du gouvernement. Il n’en restera pas moins vrai que le différend entre les deux têtes de l’Exécutif, Chahed et Essebssi, sur le sort du fils du chef de l’Etat est depuis quelques jours devenu public et pourrait chahuter le vote de confiance.

Il reste que cette séance de confiance pour le nouveau MI se déroulera dans une conjoncture bien spéciale : Celle d’une tension sécuritaire, tout aussi spéciale puisqu’en lien direct avec la saison touristique en cours. Il ne fait pas de doute que refuser de combler le vide à la tête du plus important des ministères pour la sécurité de tout le pays sera le plus mauvais des messages à donner aux opérateurs du secteur touristique, dont les TO étrangers et les services des ambassades étrangers chargés des warnings sécuritaires. Mauvais message aussi pour les différents corps sécuritaires d’un Etat qui n’arriverait pas à assurer la stabilité administrative, nécessaire pour le bon fonctionnement des différents corps sécuritaires. Force est ainsi d’espérer que toutes les parties composantes de l’ARP sachent faire la différence entre affaires politico-personnelles et affaires d’Etat et que les règlements de comptes ne se fassent pas sur le compte de la sécurité de tout un pays dans une conjoncture bien spéciale. Voter Hichem Fourati deviendra ainsi presque un vote utile, pour assurer la pérennité de la saison touristique, rassurer les partenaires de la Tunisie quant à la continuité de l’Etat.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,683FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,457SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles