AccueilLa UNETunisie : Voici pourquoi les primes de retraite n’ont pas été versées

Tunisie : Voici pourquoi les primes de retraite n’ont pas été versées

Alors que le chef du gouvernement était en mission en Europe et que son ministre des Affaires sociales était en Hollande pour s’informer sur l’expérience de ce pays en matière de contrat social (Noureddine Taboubi et Samir Majoul s’étaient pourtant excusés en dernière minute à cause de la conjoncture sociale), éclatait en Tunisie une nouvelle crise sociale. Des centaines de retraités faisaient mercredi la queue devant les bureaux de poste dans l’attente de leurs pensions retraites, alors que d’autres retraités faisaient le siège de la caisse de retraite du secteur public tunisien, la CNRPS, en plein centre-ville tunisois.

La crise est d’autant plus socialement compréhensible que ces retraités sont à quelques jours du début du mois de jeûne du Ramadan, un haut lieu de consommation et à quelques semaines des vacances de l’été, tout aussi période de haute consommation. Des retraités qui ne comprenaient pas que leurs retraites soient indisponibles, alors que les enseignants par exemple demandaient de nouvelles augmentations et que vendredi 27 avril 2018 devraient être entamées de nouvelles négociations salariales.

  • Les pensions ont été cette fois versées. Mais l’avenir des retraites reste toujours incertain !

Pour le moment, toutes les retraites seront versées, ce jeudi 26 avril 2018. C’est ce que nous apprend une source officielle au gouvernement, qui rassure sur le fait que le ministère des Finances avait pu, dès hier mercredi et en dernière minute, trouver les 32 MDT manquants pour ce mois.

La question de la liquidité, notamment de la CNRPS qui est plus vulnérable que la CNSS qui utilise les dettes de la CNAM pour payer ses pensions, devrait tout de même rester encore d’actualité pour les mois prochains où le versement des pensions de retraites par la CNRPS devrait encore poser problème.

Selon nos informations, le gouvernement aurait trouvé un accord avec ses partenaires sociaux (UGTT & UTICA) pour l’augmentation de 3 points de cotisations, deux à la charge de l’employeur et un à la charge de l’employé, dans le cadre du plan de redressement des caisses de sécurité sociale et l’argent aurait déjà été budgétisé dans la loi de finances 2018. Cela devait se faire à partir du 1er janvier 2018 et permettre ainsi de renflouer les caisses sociales et leur permettre de continuer à payer les pensions de retraite, sans problèmes financiers majeurs. L’entrée en vigueur de cet accord est cependant liée à l’adoption par l’ARP de la loi sur la retraite et l’accord de l’UTICA et de l’UGTT sur le projet.

La crise de liquidité de la CNRP et son incapacité à verser les pensions de retraite de manière régulière ne devrait pas se résoudre si la loi sur la retraite n’est pas encore adoptée. L’aggravation de cette crise de liquidité ira crescendo avec l’entrée, chaque mois, d’un nombre de fonctionnaires à la retraite et l’absence de cadre législatif pour les solutions qui ont été trouvées, en coordination entre gouvernement, UGTT et UTICA

  • La liquidité des caisse en otage chez l’UGTT et l’Utica

Il y a 15 jours, selon nos sources, toutes les parties ont tenu des réunions non-stop et se seraient mises d’accord sur le texte de la loi, article par article. Il ne resterait cependant qu’à signer le procès-verbal de cet accord, aussi bien pour le secteur public que pour le secteur privé. Et c’est au stade de l’UTICA qu’il y a encore réticence à signer l’accord d’augmentation de la cotisation patronale de 2 points supplémentaires, les patrons considérant que cela alourdirait leurs charges, diminuerait leur compétitivité et augmenterait l’inflation, tout en rappelant qu’il avait déjà sur le dos le 1 % de CSS (Contribution de solidarité sociale).

Le gouvernement aurait, toujours selon nos sources, proposé de séparer l’accord en 2 parties et de privilégier l’application pour le secteur public et l’UTICA était bien sûr d’accord. C’est là que l’UGTT bloque. Cette pression peut-être «de bonne guerre», l’UGTT ayant des adhérents tant dans le public que dans le privé et voulant s’assurer d’un accord global, cela n’en constitue pas moins un blocage pour l’injection des liquidités prévues dans les caisses sociales. Mais il n’y aurait pas que cela.

L’UGTT conditionnerait en effet sa signature de l’accord à une nouvelle augmentation du SMIG au titre de 2017 et à la révision des pensions de retraite. L’augmentation salariale ayant été faite, en 2017, sous forme de crédit d’impôt, elle n’a eu aucun impact en matière de péréquation des pensions de retraite. Et alors que le gouvernement avait eu déjà recours, dans la LF 2018, à la même acrobatie lui permettant d’augmenter les salaires sans augmenter la masse salariale comme le demandait le FMI, l’UGTT demanderait le retour à une augmentation directe des salaires, qui permettrait une péréquation, toute aussi directe, des pensions de retraite.

  • Quelques signes d’un déblocage qui prendra du temps

Confirmant notre source gouvernementale, une autre source syndicale qui a requis l’anonymat a affirmé à Africanmanager que la Commission Administrative nationale de l’UGTT a donné son accord sur le projet de loi de révision du système des retraites et les paramètres de réforme des caisses sociales, au cours de sa réunion du 23 avril 2018 à Hammamet. Elle serait ainsi d’accord sur l’augmentation à 62 ans de l’âge légal de départ à la retraite, ainsi que sur la hausse des cotisations, indique encore notre source. Selon la même source, le problème réside dans les réserves de l’UTICA concernant les 2 points d’augmentation de la cotisation patronale.

Entre-temps, les prochaines négociations avec les enseignants concerneront un départ anticipé à la retraite, avec bonification financière des années séparant l’âge légal. Les caisses sociales et la CNRPS vont encore trinquer !

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,018SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -