AccueilLa UNEDimassi : La Tunisie a perdu ses transactions commerciales à cause...

Dimassi : La Tunisie a perdu ses transactions commerciales à cause du fiasco politique

Confronté à de nombreux problèmes d’ordre économique et social, le futur gouvernement de Kais Saïed devrait tenter coûte que coûte de réduire le déficit public, redynamiser les investissements étrangers, lutter contre le chômage…Une tâche laborieuse mais pratiquement « impossible » !

- Publicité-

Le prochain gouvernement entend ainsi répondre aux exigences de nos partenaires financiers, à l’instar du fonds monétaire international (FMI) qui est toujours en tête, pendant que la chute du dinar tunisien, qui est passé au-dessus du seuil symbolique de trois dinars pour un euro,   ne fait qu’accentuer davantage les difficultés !

Dans une interview accordée ce jeudi 16 janvier 2019 à Africanmanager, Houcine Dimassi, ancien ministre de finances a affirmé que le retard que connait  la formation  d’un autre nouveau gouvernement pèse lourdement sur la situation actuelle du pays dans une Tunisie qui connait déjà une forte crise économique, ce retard ne fait que renflouer les difficultés et donner une image sombre du pays.

Dimassi a, en effet,  précisé que le déséquilibre politique et le fiasco au niveau des concertations pour la formation du nouveau gouvernement, ont généré une mauvaise réputation du pays essentiellement à l’échelle internationale, affirmant, dans le même ordre d’idées, que le changement des ministres et des gouvernements aura un impact négatif et se traduira par la baisse du rythme des investissements internes et externes ainsi que la perte de plusieurs marchés.

«  A vrai dire, le déséquilibre politique et la vision floue ont causé la perte de plusieurs transactions commerciales internationales  comme les phosphates, nous avons perdu des marchés extérieurs étant donné que les clients se sont dirigés vers d’autres pays fournisseurs, ces derniers n’ont plus de confiance dans les entreprises publiques tunisiennes ».a-t-il assuré.

En outre, il a fait savoir que la compagnie aérienne nationale « Tunisair », confronte aujourd’hui de nombreux problèmes notamment au niveau de l’approvisionnement  en pièces détachées et ce suite à la baisse de la confiance chez les entreprises étrangères, et la  situation financière de plus en plus difficile, selon ses dires.

L’ancien ministre de finances, n’a pas manqué de rappeler que la perturbation politique demeure très nocive à l’économie nationale rappelant dans ce contexte que le taux de la dette publique du pays a atteint près de 90 milliards dinars.

A noter que  les données du ministère des finances, révèlent que le projet du budget de l’Etat pour l’exercice 2020, nécessite la mobilisation de crédits d’une valeur de 11248 Millions de Dinars (MD) dont 2400 MD d’endettement intérieur et le reste en endettement extérieur.
Le volume de la dette publique atteindra, à la fin 2020, 74% du PIB, contre respectivement 75% et 77%, en 2019 et 2018.

Le budget de l’Etat pour l’exercice 2020 est estimé à 47,227 Milliards de Dinars, soit une augmentation de 9,5% par rapport à l’exercice précédent.

On rappelle également qu’avec seulement 72 voix pour, sur 219, l’Assemblée des représentants du peuple a largement refusé vendredi dernier sa confiance au gouvernement de Habib Jemli. Le Président Kaïs Saïed a dix jours pour choisir un nouveau chef de gouvernement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,575SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles