Maroc : Des mesures sociales sans précédent dans le Budget 2019

Maroc : Des mesures sociales sans précédent dans le Budget 2019

par -

Soubresauts sociaux obligent, le Budget 2019 aura une forte coloration sociale. Ainsi en a décidé Mohammed VI. Toutes ces inflexions, pour des mesures sociales qui adouciront le quotidien des citoyens marocains, entrent dans la droite ligne des exigences du roi formulées dans le discours du Trône, le 30 juillet 2018. Le Premier ministre, Saâdeddine El Othmani, qui a déjà perdu des collaborateurs à cause de cette affaire, fauchés par la colère royale, n’avait d’autre choix que de s’exécuter, et rapidement. Il a transmis à ses ministres les grandes lignes du Projet de la Loi de Finances (PLF) 2019, ce mercredi 15 août. La consigne : Cap sur les questions sociales, l’emploi, la protection sociale, la santé, tout en préservant les équilibres macro-économiques, rapporte Médias24. El Othmani a intérêt à s’accrocher pour réaliser les voeux du palais royal, aux allures de miracle !

D’abord les prévisions macroéconomiques du PLF : le document table sur un baril du pétrole à 68 dollars, une récolte céréalière de 70 millions de quintaux, une montée de 3,7% de la TVA (3,3% en 2018, les citoyens vont encore râler en 2019 !) et enfin un taux de croissance de 3,2% pour l’an prochain.
Puis vient le social, beaucoup de social – donc beaucoup de dépenses publiques -, tout en maintenant la cadence des grands chantiers et en sauvegardant les fondamentaux économiques du royaume. Le roi veut une réforme des CRI (projet de loi validé le 2 août 2018 par le Conseil de gouvernement), il veut que les ratés du Ramed soient corrigés dès 2019, que les familles et les enfants scolarisés soient substantiellement aidés à la rentrée scolaire (programme Tayssir, cantines, transport scolaire, lutte contre l’abandon scolaire), que la troisième phase de l’INDH soit engagée, que le dialogue social soit effectif… Bref, Mohammed VI demande la lune et veut transformer El Othmani en SuperMan !

Face à toutes ces exigences, le Premier ministre promet – que peut-il faire d’autre d’ailleurs ? -, promet même beaucoup : Des emplois pour les jeunes, la justice, la démocratie et les droits humains, l’accélération de la régionalisation avancée, la décentralisation, une administration publique plus efficiente, le combat contre la corruption, de meilleurs régimes de retraite, la LOLF (loi organique des lois de finances), la réforme fiscale… et des PPP (partenariats public-privé) dans les grands projets d’infrastructure et les chantiers de développement. Comment fera-t-il pour réaliser tout cela ? Avec quels moyens ? Mystère pour le moment. Nous verrons bien quand le PLF sera bouclé…

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire