Tags Posts tagged with "Machrou Tounes"

Machrou Tounes

par -

En l’absence du Mouvement Machrou Tounes, le comité des fondateurs du Front du salut et du progrès a décidé de participer aux élections municipales dans des listes communes et des listes partisanes ou indépendantes appuyées par le Front.
Réuni jeudi, le comité des fondateurs a également décidé de constituer une Commission nationale d’établissement de ces listes.
Absent remarqué de la réunion du comité des fondateurs du Front du salut et du progrès, le Mouvement Machrou Tounes va se décider après l’Aïd s’il va rester ou non au Front, a déclaré Aymen Bejaoui, membre du bureau politique du Mouvement à l’agence TAP.
Selon lui, le bureau politique du Machrou a décidé de soulever cette question au cours de la réunion du Conseil central du mouvement prévue juste après l’Aïd.
” La décision du Mouvement Machrou Tounes va s’appuyer sur les résultats d’un rapport d’évaluation sur sa participation au Front “, a-t-il précisé.
L’évaluation de la participation du Mouvement Machrou Tounes au Front du salut et du progrès intervient notamment en réponse à la demande des militants du parti, a-t-il dit.
Le Mouvement Machrou Tounes va toutefois poursuivre ses efforts pour rassembler les forces démocratiques que ce soit dans le cadre du Front du salut ou dans une autre forme de regroupement, a-t-il ajouté.
D’après Bejaoui, Machrou Tounes envisage la participation aux municipales dans des listes du parti tout en restant ouvert aux compétences en dehors du mouvement.

par -

La restitution des avoirs tunisiens spoliés et déposés en Europe, la promotion du produit agricole tunisien et d’autres questions inhérentes au terrorisme et à l’immigration clandestine, ont été à l’ordre du jour mercredi de la réunion des présidents des blocs et groupes parlementaires tunisiens et européens, au siège du parlement européen à Bruxelles.
Dans une déclaration à l’agence TAP, à l’issue de cette réunion tenue à huis clos, le président du bloc parlementaire de Machrou Tounes, Abderraouf Cherif a annoncé la formation prochaine d’une commission parlementaire tuniso-européenne chargée de déterminer les priorités de la Tunisie en cette phase actuelle.
Elle sera, également, appelée, selon Cherif, à définir de manière claire et précise, les domaines d’intervention des Etats de l’Union européenne (UE) qui estiment que la vision n’est encore très claire s’agissant des besoins de la Tunisie.
Le président du bloc parlementaire de Machrou Tounes a indiqué que certains parlementaires européens se sont plaints de la mollesse des négociateurs tunisiens en commission qui n’ont pas donné une vision claire quant à l’intervention et l’aide sollicitées auprès de l’Europe.
Abderraouf Cherif a assuré que la Tunisie traite avec les Etats membres de l’UE d’égal à égal et ne fait pas de la “mendicité”, d’autant que les projets et les investissements inscrites au plan Marshall, outre la lutte contre le terrorisme et les efforts pour l’établissement de la stabilité politique et économique en Tunisie, auront des retombées positives pour les deux parties.
“Les Etats de l’UE savent pertinemment que leur sécurité ainsi que celle du sud de la Méditerranée sont tributaires de la sécurité de la Tunisie”, a-t-il soutenu.
De son côté, le président du bloc parlementaire de Nida Tounes, Sofien Toubel a déclaré que la réunion a mis l’accent sur la nécessité de traduire dans la réalité les promesses et autres accords conclus entre la Tunisie et les pays de l’UE.
Il a fait savoir, à ce propos, que les membres de l’ARP ont exhorté le parlement européen à inciter, dans un premier pas, les pays de l’UE à confisquer les avoirs tunisiens mal acquis déposés chez eux ainsi que les fonds détournés placés dans leurs banques, en vue de faciliter leur restitution, par la suite.
Selon Toubel, les discussions ont également porté sur la crise en Libye et ses répercussions sur la situation sécuritaire, politique et économique en Tunisie.
Le président du bloc démocrate, Salem Labyedh a, quant à lui, indiqué que les parlementaires européens ont évoqué des questions relatives aux libertés à l’instar des droits des homosexuels, l’équité dans l’héritage et l’abolition de la peine de mort.

par -
Selon des rapports sécuritaires algériens cités par le quotidien Al Sarih

La présidence de la République a démenti que le secrétaire général du Mouvement Machrou Tounes ait coordonné avec elle ou avec le ministère des affaires étrangères au sujet de sa rencontre avec le maréchal Khalifa Hafter, mercredi à Benghazi.
La présidence de la République a indiqué avoir reçu simplement un coup de téléphone ce matin pour l’informer de la rencontre d’une délégation partisane tunisienne avec Haftar ayant pour but d’appuyer l’initiative lancée par président de la République pour le règlement de la crise libyenne, précise la présidence dans un communiqué.
Tout en mettant en valeur tous les efforts d’appui à l’initiative présidentielle visant la résolution de la crise en Libye, la présidence de la République a “appelé tous les intervenants dans ce dossier à coordonner avec les institutions officielles pour assurer la réussite de cette initiative”, ajoute le communiqué.
La présidence de la République a souligné à cet égard que le ministre des affaires étrangère “est le seul habilité à mettre en œuvre la politique étrangère de la Tunisie”.
La présidence a, par la même occasion, renouvelé son invitation au maréchal Hafter pour effectuer une visite en Tunisie, annoncée par le ministre des affaires étrangères Khemaies Jhinaoui lors de la conférence de presse tenue lundi dernier en marge de la signature de la déclaration de Tunis pour un règlement politique global de la crise en Libye par les trois ministres tunisien, algérien et égyptien des affaires étrangères.
Une délégation du Mouvement Machrou Tounes, conduite par le secrétaire général, Mohsen Marzouk, le président du bloc parlementaire ” Al Horra ” Abderraouf Cherif, le porte-parole du Mouvement Hsouna Nasfi et le membre du bureau exécutif Sahbi Ben Fraj, a rencontré mercredi à Benghazi le maréchal Khalifa Haftar, rappelle-t-on.
Dans un communiqué publié par Machrou Tounes, Marzouk a indiqué avoir informé au préalable le président de la République de sa rencontre avec Haftar, précisant qu’il “rencontrera ultérieurement le chef de l’Etat pour lui faire part de la teneur de cette visite”.

par -

C’est l’histoire d’une diplomatie parallèle qui ne dit pas son nom et qui surtout provoque des sons de cloche différents. Bref, c’est la cacophonie quoi, dont on aurait si le dossier n’était pas aussi important. Machrou Tounes, conduit par Mohsen Marzouk, a cru bien faire en dépêchant en Libye une délégation pour s’entretenir, ce mercredi 22 février 2017, avec le maréchal Khalifa Haftar à Benghazi. But de la manoeuvre : Prendre le pouls de la situation dans la région et plancher sur la lutte commune contre le terrorisme…

Marzouk avait déclaré qu’il avait informé au préalable le chef de l’Etat tunisien de sa démarche et qu’il ira le voir à son retour pour évoquer les retombées de sa visite. Sauf que, patatras, la présidence de la République vient de faire savoir qu’elle ne savait rien de ce déplacement. Quand on vous disait que c’est la cacophonie…

En tout cas ce qui est sûr c’est que tout ça apporte de l’eau au moulin du chef du bloc parlementaire Ennahdha, Noureddine Bhiri, qui est monté au front à la Radio nationale hier pour dire que son mouvement était pointé du doigt à tort et que ceux qui s’adonnent vraiment à la diplomatie parallèle ne sont pas dénoncés…

par -

Le mouvement du Projet pour la Tunisie (MPT) organisera ce jeudi 3 novembre 2016 une conférence de presse portant sur le projet de loi des finances pour l’exercice de 2017. C’est ce qu’a annoncé le secrétaire général du mouvement, Mohsen Marzouk. Dans une interview parue aujourd’hui dans le quotidien « Al Maghreb », il a ajouté que l’ensemble des acteurs intervenants dont notamment les partenaires sociaux, les médecins, les avocats et d’autres experts sont invités pour mieux examiner ce texte qui continue de susciter la polémique. La position du MPT sera par la suite dévoilée le vendredi 4 novembre, a encore dit Marzouk, faisant savoir que son parti est insatisfait de la version actuelle de ce projet de loi qui souffre déjà de l’absence d’une vision claire par rapport aux équilibres financiers. A ajouter, d’après lui, au manque de réelle concertation entre les intervenants lors de l’élaboration de ce projet.

Il est à rappeler que le projet de la loi de finances soulève beaucoup de critiques. L’UGTT, l’UTICA, des partis d’opposition, les avocats et les médecins ont exprimé ouvertement leur hostilité à l’égard de ce texte qu’ils estiment inadapté aux attentes des Tunisiens. Des communiqués ont été publiés par des partis et des organisations, qui dénonçant ce projet de loi et de mouvements de protestation ont eu lieu à l’Avenue Habib Bourguiba.

par -

L’ancien directeur général de l’ASBU et ancien ministre du Tourisme, Slaheddine Maaoui, vient de rejoindre le “Mouvement du projet pour la Tunisie”, rapporte le quotidien “Achourouk”. Outre cette adhésion, ce parti annoncera ce week-end l’adhésion d’autres personnalités nationales « de grand calibre ».

par -

L’ancien ministre de Ben Ali, Mabrouk Bahri vient de rejoindre le mouvement de Machroû Tounes (Mouvement du Projet pour la Tunisie). C’est ce qu’a été annoncé sur la page officielle du parti.

Mabrouk Bahri  est actuellement directeur général d’une société de développement agricole et président de l’Association maghrébine de l’agriculture et des industries alimentaire.

Il était ministre de l’Agriculture, ambassadeur de Tunisie à Tripoli et président de l’Union tunisienne de l’agriculture et de la pêche (Utap).

Bahri avait également occupé le poste de gouverneur de plusieurs gouvernorats dont celui de Kébili, Kasserine, Ben Arous et Sousse.

par -

Le bureau exécutif de Machrou Tounes réuni mardi 2 août 2016 a rejeté la proposition de Youssef Chahed au poste de chef du gouvernement  pour son appartenance politique, a assuré Slah Bargaoui, dirigeant à Machrou Tounes dans une déclaration à Mosaïque Fm.

Il a par ailleurs ajouté que Mohsen Marzouk va proposer trois noms lors de la rencontre avec le président de la République, Béji Caid Essebsi.

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

Reseaux Sociaux