AccueilActualités - Tunisie : Actualités en temps réelPlus de 200 réfugiés rassemblés devant le bureau du HCR à Tunis...

Plus de 200 réfugiés rassemblés devant le bureau du HCR à Tunis pour réclamer leur évacuation vers d’autres pays

Plus de 200 réfugiés et demandeurs d’asile ont observé, mardi, un rassemblement de protestation devant le siège central du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), à Tunis, pour réclamer leur évacuation vers d’autres pays pour s’y établir, a indiqué un des manifestants.

Dans une déclaration à l’agence TAP, Slaheddine Brahim, un réfugié soudanais, a expliqué que les manifestants sont eux-mêmes ceux qui manifestent depuis environ un mois devant le siège du HCR, après avoir changé le lieu du sit-in de Zarzis (Medenine), à Tunis.
Selon le réfugié, les manifestants réclament leur évacuation vers d’autres pays ou d’obtenir la plus haute protection contre toute forme d’agression. Ils demandent également de leur faire bénéficier des services sanitaire, éducatif et autres commodités.
Le réfugié en Tunisie est en proie aux abus dans les domaines professionnel et juridique, malgré l’ouverture démocratique du pays, a-t-il regretté.

Le directeur du HCR, Bureau de Zarzis, Naoufel Tounsi, avait déclaré que la demande des manifestants est l’évacuation, malgré tous les efforts de négociation avec eux pour retourner dans les dortoirs qu’ils ont quittés volontairement et leur restituer l’aide qui a été suspendue pour des dizaines d’entre eux, le budget de l’institution étant réduit.
Il a aussi précisé que la Tunisie ne remplie pas les conditions d’évacuation vers d’autres pays en raison de l’absence des violations des droits de l’Homme et du climat de sécurité qui y règne.

- Publicité-

1 COMMENTAIRE

  1. il faut les renvoyer dans leurs pays d’origine ou dans les pays d’où ils sont venus , notre pays n’est pas un passoire pour des migrants clandestins économiques qui cherchent à atteindre les cotes italiennes et chercher l’eldorado européen dont la plupart des subsahariens et non des réfugiés qui fuient leurs pays en guerre civile comme les syriens ou les yéménites , nous traversons la pire crise économique sociale financière sécuritaire et sociétale de notre histoire et nous ne pouvons pas supporter les misères de ces migrants clandestins ou réguliers ce n’est pas une question des droits humains c’est une question de sécurité nationale et de l’interet supérieur du pays et de ses citoyens le pays regorge des citoyens surtout les jeunes sans emplois et une pauvreté extrême d’une frange de la population qui n’arrive à se nourrir correctement .

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,042SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -