Un plan pour les cultures géothermiques, très prisées à l’étranger

Un plan pour les cultures géothermiques, très prisées à l’étranger

par -

Une stratégie de promotion des cultures géothermiques est en cours d’élaboration, par le Centre technique des cultures protégées et géothermiques (CTCPG), en collaboration avec le ministère de l’agriculture, indique, à l’agence TAP, le directeur général du CTCPG, Mohamed Sadok Bel Kadhi, mettant l’accent sur l’augmentation de la demande en primeurs, sur les marchés extérieurs.
C’était en marge de la 6e journée régionale des cultures géothermiques tenue, mercredi, à la Maison des jeunes, à Limaguess (délégation de Kébili-nord).

Les cultures géothermiques, dans la région de Kébili, qui couvrent actuellement 75 ha sont ” en nette régression “, Selon le chef de l’arrondissement de la production végétale au Commissariat régional au développement agricole (CRDA), Ahmed Abdeddaiem. La région est passée de la première à la deuxième place nationale en production de primeurs. Pourtant, 60% des exploitants dans le pays sont concentrés à Kébili où il existe un important patrimoine foncier agricole et une vaste nappe d’eau chaude, affirme la même source.

Le responsable au CRDA précise que les agriculteurs à Kébili disposent de petites exploitations créées dans le cadre de projets sociaux. Ce qui ne permet pas d’y introduire les techniques modernes, de développer la production et de s’ouvrir sur les marchés extérieurs.
Les cultures géothermiques ont démarré dans la région en 1984, précisément à Limaguess, pour s’étendre à d’autres zones du gouvernorat à l’instar de Dbabcha, Estaftimi, Saidane, Jemna, El Faouar, Douz et Bazma.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire