Zoghlami fait un pas en avant, Khemiri et Dilou deux en arrière...

Zoghlami fait un pas en avant, Khemiri et Dilou deux en arrière !

par -

C’est un fait : Ennahdha tangue toujours sur la question de la candidature à la présidentielle de 2019. Le mouvement ira-t-il dans cette joute électorale ? Avec qui ? Passera-t-il son tour ? Le député et dirigeant d’Ennahdha Samir Dilou en a rajouté une louche sur le flou artistique mercredi 9 janvier 2019, après la mystification du porte-parole Imed Khemiri, dans la même journée !

Dilou a affirmé, sur Mosaïque FM, que la candidature de leur chef de file, Rached Ghannouchi, à la présidentielle de 2019 n’a pas encore été actée. Il a ajouté que le sujet n’a même pas encore été mis sur la table et que le fait même de l’évoquer est «déplacé», à tous les niveaux.
Rappelons que Yamina Zoghlami, députée d’Ennahdha, a été la première à sortir du bois en lâchant que d’après le règlement intérieur du parti, Rached Ghannouchi est d’office le préposé à la candidature à la présidentielle. Et elle avait agrémenté ses propos par un commentaire élogieux sur les qualités du leader des islamistes pour s’asseoir sur le fauteuil du palais de Carthage.

En dépit des affirmations de Dilou, on ne peut pas croire une seconde que Ennahdha, comme toutes les autres formations politiques de la place du reste, n’est pas travaillée par la question de la présidentielle. En réalité elle est en train de soupeser ses chances, de tenter de sentir dans quel sens allait tourner le vent, une habitude qui lui a bien réussi jusqu’ici, il faut l’admettre. En fait, la faible cote de confiance de Ghannouchi, à en croire tous les sondages, est le principal frein des islamistes pour se lancer résolument dans la bataille de 2019. Il y aussi le fait que l’actuel chef de l’Etat, Béji Caïd Essebsi, n’a encore renoncé à rien, du haut de ses 92 ans. Et si le “compère” de Ghannouchi y va, la route sera barrée pour les islamistes, pour moult raisons. Et puis il y a l’obstacle Youssef Chahed, qui entretient pour le moment le mystère sur ses intentions cette année (Carthage ? La Kasbah ?). Mais évidemment si tout ce beau monde déclarait forfait, dans un extraordinaire concours de circonstances, la carte Ghannouchi serait jouable pour l’état-major islamiste…

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire