Tunisie-Autoroute du centre : Beaucoup d’emplois, mais il y a d’autres enjeux

Tunisie-Autoroute du centre : Beaucoup d’emplois, mais il y a d’autres enjeux

par -

Un accord de financement d’une valeur estimée à 166 Millions d’euros (482 Millions de dinars) pour soutenir le projet de l’autoroute du centre Sbikha/Jelma a été conclu, ce jeudi 14 décembre 2017, entre la Banque Européenne de l’Investissement (BEI) et le ministère du Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale. Ont procédé à la signature de ce contrat Zied Laâdhari et Ulrich H. Brunnhuber, chef de la représentation diplomatique de la BEI en Tunisie et en la présence du ministre de l’Équipement et de l’Aménagement du territoire, Mohamed Salah Arfaoui et Sophie Vanhaeverbeke, chef de la coopération de l’Union européenne en Tunisie.

Le projet porte sur la construction d’un axe routier de deux voies reliant les villes de Sbikha et Jelma sur 99 Km. Il s’agit plutôt de la deuxième tranche d’un projet d’autoroute Tunis/Jelma s’étalant dans sa globalité sur 186 Km et nécessitant des investissements de l’ordre de 1423 Millions de dinars. Ce projet vise en effet à développer le secteur du transport public, renforcer le réseau des autoroutes, relancer l’investissement et créer un dynamisme économique dans les régions de l’intérieur.

Ulrich H. Brunnhuber s’est lors de cette rencontre réjoui de la signature de ce contrat qui dénote, selon lui, de la confiance qu’accorde la BEI à la Tunisie et de son engagement à accompagner la transition et le développement économique dans le pays. ” C’est un financement d’envergure qui reflète notre forte mobilisation en faveur de la Tunisie et des Tunisiens conformément à notre engagement lors de la conférence “Tunisia 2020″… Je suis d’autant plus qu’heureux de signer ce nouveau financement avec la Tunisie avec qui nous sommes liés par un partenariat de confiance et de grande qualité“, a-t-il dit.

Il a fait par ailleurs remarquer que ce projet, qui a été soutenu par la BEI depuis 2011, aura un impact réel sur le quotidien des habitants de ces gouvernorats en termes notamment de transport et de qualité de vie. De plus, il permettra, selon lui, la création de 140 emplois directs et près de 10 mille emplois indirects durant la période du chantier.

Le soutien de la BEI à ce projet date en effet de l’année 2011, avec des dons de 4,7 millions d’euros de l’UE et ses États membres, tout en finançant des études préparatoires (techniques, économiques, environnementales et sociales) nécessaires au démarrage des travaux relatifs à ce projet routier. En effet, la BEI s’est engagée, en novembre 2016, à soutenir à hauteur de 2,5 Milliards d’euros d’ici 2020 la Tunisie dans la mise en oeuvre de ses programmes prioritaires de développement. Pour le secteur immobilier, la BEI a appuyé 11 projets pour 2,5 Milliards de dinars.

Les travaux avant la fin de 2018

De son côté, le ministre de l’Équipement a tenu à préciser que la BEI a accompagné son ministère, depuis l’année 2011, dans toutes les étapes, depuis les études préliminaires jusqu’à l’établissement des dossiers d’appel d’offres relatifs à la réalisation du projet de l’autoroute du centre.

Deux bailleurs de fonds vont participer au financement du tronçon prioritaire entre Tunis et Jelma : le Fonds Arabe de Développement Économique et Social (FADES) pour la section liant Tunis à Sbikha, de 87 Km de long et la Banque Européenne d’Investissement (BEI) pour la section liant Sbikha à Jelma, de 99 Km de long. Ce dernier est composé de 4 lots de travaux comprenant 5 échangeurs , 5 grands ouvrages hydrauliques, 38 passages supérieurs et inférieurs ,130 ouvrages hydrauliques et 2 aires de repos. Les travaux du tronçon prioritaire Tunis-Jelma vont commencer à la fin de l’année 2018 sur une durée de 3 ans.

Un symbole important et des avantages

De son côté, Zied Laâdhari a fait savoir que ce financement est un grand message de la part de nos amis européens, notamment dans cette période où la Tunisie se prépare à fêter l’anniversaire de sa Révolution. C’est aussi, selon lui, un message très fort de confiance et de la détermination de l’Europe à renforcer encore davantage la coopération entre les deux pays.

Il a indiqué que ce projet va renforcer l’infrastructure dans les régions de l’intérieur et renforcer le tissu productif du développement économique : ” sans infrastructure, on ne peut pas monter des projets productifs“, a-t-il précisé.

Selon ses déclarations, ce crédit sera remboursable sur 30 ans, avec 4 années de grâce. Les fonds relatifs à ce projet seront disponibles à partir de la date de signature de l’accord en question.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire