10 C
Tunisie
jeudi 3 décembre 2020
Accueil La UNE Le leasing tunisien diversement apprécié par Fitch Ratings

Le leasing tunisien diversement apprécié par Fitch Ratings

L’agence de notation Fitch Ratings a  annoncé avoir abaissé la note nationale d’Hannibal Lease (Hannibal) de « BB-(tun) » à « B+ (tun) »,  confirmé la note nationale de six sociétés de leasing tunisiennes et d’une société d’affacturage et placé  une société de leasing sous surveillance en vue d’une baisse possible (Rating Watch Negative) « RWN ».

- Publicité-

Ces  notations font suite à l’achèvement d’une revue par les pairs de huit institutions financières non bancaires tunisiennes (IFNB). Il s’agit de sept sociétés de leasing, Arab International Lease (AIL), Arab Tunisian Lease (ATL), Attijari Leasing (AL), Compagnie Internationale de Leasing (CIL), Hannibal, BH Leasing (BHL) et Tunisie Leasing et Factoring (TLF), et d’une société d’affacturage, Union de Factoring (Unifactor).

La dégradation des  notations d’Hannibal reflète principalement l’affaiblissement des réserves de capital de la société, qui sont vulnérables aux problèmes croissants de qualité des actifs. Fitch souligne que son évaluation tient également compte du profil de liquidité serrée d’Hannibal et de la faiblesse de la génération interne de capital. La perspective stable reflète la prévision de l’agence  que la solvabilité d’Hannibal ne se détériorera pas davantage par rapport à ses pairs nationaux.

Les perspectives de toutes les notations nationales à long terme sont stables, à l’exception d’AIL, dont la notation a été maintenue sous  surveillance  RWN en attendant l’issue des négociations entre le groupe français BPCE (GBPCE, A+/Négatif) et le gouvernement tunisien concernant la vente de la participation de 60 % de GBPCE dans la Banque Tuniso-Koweitienne (BTK), actionnaire à 95 % d’AIL.

Les notes nationales reflètent la solvabilité d’un émetteur par rapport au meilleur crédit du pays et par rapport à ses pairs opérant dans ce pays. Celles  d’ATL, de CIL, d’Hannibal, de TLF et d’UF sont déterminées par leur solvabilité autonome. Les notations d’AIL, AL et BHL sont motivées par le soutien des actionnaires institutionnels.

Quid des INFB tunisiennes ?

Les IFNB tunisiennes notées sont de petite taille selon les normes internationales, avec des fonds propres allant de l’équivalent d’environ 60 millions d’USD (TLF) à 10 millions d’USD (AIL) et elles opèrent dans des secteurs à haut risque. Les clients des sociétés de crédit-bail et d’affacturage sont principalement des PME, qui souvent ne publient pas d’états financiers vérifiés.

Elles opèrent presque exclusivement en Tunisie (B/Stable), où les conditions macro-économiques sont difficiles depuis le soulèvement du « printemps arabe » de 2011. Fitch estime que  les retombées économiques de la pandémie de coronavirus ont encore accru les risques pour les profils de crédit des IFNB. L’agence s’attend à ce que le PIB de la Tunisie se contracte de 6,5 % en 2020, ce qui sera la première récession du pays depuis 2011. En raison de ces conditions économiques dégradées, les indicateurs de qualité des actifs des IFNB tunisiennes s se sont détériorés au cours du premier semestre de 2020, avec un ratio moyen de créances douteuses et  non performantes de 14,6 % à la fin du premier semestre de 2020, contre 11,5 % à la fin de 2019. Les banques et les IFNB tunisiennes ont bénéficié des mesures d’allégement de la Banque centrale de Tunisie sur la classification des actifs mise en œuvre entre mars et septembre 2020, ce qui signifie que le ratio des créances douteuses et non performantes  à la fin du premier semestre 2020 pourrait sous-estimer l’ampleur réelle des problèmes de qualité des actifs. « Nous nous attendons à ce que ce ratio augmente encore, pour atteindre environ 16%-18% d’ici fin 2021, à mesure que les mesures de la BCT s’assouplissent. Les conditions de financement et de liquidité sont difficiles pour les sociétés tunisiennes de crédit-bail et d’affacturage, ce qui limite leur capacité à obtenir des ressources supplémentaires pour se développer. La faiblesse de l’environnement opérationnel des sociétés de crédit-bail et d’affacturage exerce une grande influence sur notre évaluation du profil de crédit autonome des sociétés », déclare Fitch Ratings.

Le détail des notes

La note nationale « AA+(tun) » de l’AIL est la plus élevée attribuée à une IFNB tunisienne. Cela, précise l’agence,  reflète notre opinion selon laquelle le soutien, si nécessaire, serait fourni par son actionnaire indirect actuel hautement coté.

La note nationale « BBB (tun) » de TLF est la deuxième note la plus élevée attribuée à une IFNB tunisienne. Les atouts relatifs de TLF en matière de crédit sont un modèle d’entreprise plus diversifié avec des parts de marché de premier plan dans les secteurs du crédit-bail (environ 23 %) et de l’affacturage (45 %), une direction expérimentée, des risques bien gérés et une capitalisation plus élevée par rapport à ses pairs, souligne l’agence de notation. De plus, TLF bénéficie d’une bonne relation avec le secteur bancaire et un accès au refinancement auprès d’AMEN BANK, membre du Groupe Amen, qui contrôle TLF à hauteur de 57%. TLF bénéficie également d’une liquidité adéquate et dispose d’une base capitalistique résiliente. » 

Pour ce qui est de la notation nationale de AL, A-(tun), elle reflète le soutien direct potentiel de son propriétaire tunisien à 63 %, la Banque Attijari de Tunisie, et, à son tour, le soutien indirect de la banque marocaine Attijariwafa Bank (AWB). AL est un acteur de second rang bien établi dans le secteur du crédit-bail en Tunisie (13% de part de marché). L’engagement d’AWB sur le marché tunisien reste ferme malgré un environnement opérationnel difficile.

ATL, CIL et BHL sont notées « BBB-(tun) ». Les notes  nationales d’ATL reposent sur sa solidité financière autonome et s’appuient sur  le soutien potentiel de son actionnaire ultime, Arab Bank Plc (AB ; BB/Négatif), basé en Jordanie. ATL jouit d’une position solide en tant qu’acteur de second rang sur le marché tunisien du leasing, où elle contrôle une part de 15 %. L’équipe de direction expérimentée et stable de la société cultive  un appétit pour le risque relativement prudent.

De leur côté, les  notes de CIL reflètent une part de marché raisonnable (13 %) et des paramètres financiers clés qui se situent constamment dans la partie supérieure du groupe de pairs. CIL et AL sont les seules sociétés de crédit-bail tunisiennes notées qui souscrivent des contrats à taux variable, réduisant ainsi leur exposition au risque de marché. Les notes nationales de CIL reflètent également la stratégie prudente de la société, axée sur la préservation du capital et le maintien de marges solides.

Quant aux notes de BHL, elles  reflètent l’opinion de Fitch selon laquelle le soutien de son actionnaire majoritaire, la Banque de l’Habitat (BH), si nécessaire, est possible mais ne peut être invoqué. La BH, une grande banque tunisienne, est détenue à 58% par l’Etat tunisien. Elle contrôle directement 42% de la BHL, détermine sa stratégie et contrôle la gestion.

UF est notée « BB+(tun) », ce qui s’explique par sa forte part du marché intérieur de l’affacturage (46 %), une concurrence limitée, une bonne gestion des risques et un modèle commercial axé sur des prêts à court terme à faible risque. Les ratios de capitalisation d’UF sont relativement solides par rapport à ceux de ses pairs et son profil de financement bénéficie également du fait qu’elle compte trois banques actionnaires, mais sa taille absolue est faible.

Enfin, Hannibal est la deuxième plus grande société de leasing de Tunisie, avec une part de marché d’environ 16 %-18 % à la fin du premier semestre de 2020. Le développement rapide du crédit ces dernières années a stimulé la franchise, mais au détriment d’une certaine concentration sectorielle et de prix agressifs. Les retombées économiques du coronavirus ont exacerbé les risques liés à l’assèchement de son portefeuille de location, comme en témoigne la forte augmentation du ratio des créances douteuses et des créances non garanties de la société, qui est passé de 8 % à la fin de l’année 2009 à 14 % à la fin du premier semestre 2020.

Les perspectives sur les notations à long terme, à l’exception de l’AIL, sont stables. Pour les notes axées sur le soutien, Fitch souligne que  cela reflète son pinion selon laquelle les hypothèses de soutien concernant la capacité et la propension des bailleurs de fonds institutionnels à fournir un soutien resteront inchangées. Pour les notes basées sur des évaluations indépendantes, « cela reflète nos attentes selon lesquelles la solvabilité des entités notées les unes par rapport aux autres ne connaîtra pas de changements significatifs sur l’horizon de notation », conclut l’agence de notation.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

105,511FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,382SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles