Tags Posts tagged with "Fitch Ratings"

Fitch Ratings

par -

La décision prise par l’agence de notation Fitch Ratings qui a confirmé les notes de défaut émetteur à long terme en devises étrangères, de la Tunisie à “B+” avec perspective stable, constitue un message au gouvernement et aux institutions financières internationales, a affirmé, dimanche, l’expert économique et ancien ministre des finances Hakim Ben Hamouda.
” Il s’agit d’affirmer l’importance des relations et des accords entre le gouvernement tunisien et ces structures qui représentent le garant de financement de l’économie nationale “, a-t-il encore indiqué.

Dans une déclaration à TAP, Ben Hamouda a souligné que le rapport publié par Fitch Rating, vendredi après-midi, évoque une question importante, à savoir que les équilibres financiers du pays sont étroitement liés à ses relations avec les instances financières internationales.
Il a, en outre, indiqué que l’agence de notation avait revu à la baisse la notation souveraine de la Tunisie, au cours du mois de février dernier, alors que cette fois, elle confirme ses notes de défaut émetteur à long terme en devises étrangères, avec perspective stable.
Et d’expliquer cette position, par l’amélioration de la situation sécuritaire, d’une part, et la situation économique, d’autre part.

L’expert a, par ailleurs, rappelé qu’outre ces développements relativement positifs, le rapport de Fitch a évoqué les risques auxquels peut faire face le pays, au cours des prochains mois, notamment, ceux liés aux domaines politique et sécuritaire.
Le volet politique concerne l’absence de stabilité et la vulnérabilité des institutions politiques. S’agissant du volet sécuritaire, le rapport évoque les dangers sécuritaires qui menacent le pays malgré l’amélioration de la situation sécuritaire par rapport aux années précédentes.
Ben Hammouda qualifie la position de l’agence de ” position d’attente “, estimant que l’institution de notation réaffirme sa décision prise en février et qui concerne la baisse de la notation souveraine de la Tunisie à B positif, en attendant le développement des situations économique et sécuritaire au cours des prochains mois.

par -

L’agence américaine de notation Fitch Ratings dit à peu près la même chose que les autorités tunisiennes sur les bonnes perspectives de croissance et la réduction du déficit, mais c’est insuffisant pour faire monter la note de défaut émetteur à long terme en devises étrangères du pays. Dans son rapport publié hier vendredi 17 novembre 2017, Fitch maintient cette note à “B+”, avec perspective stable, tout de même, pour essentiellement une raison : L’instabilité politique.

Dans le chapitre des bons points, il y a l’amélioration des indicateurs sécuritaires et économiques depuis 2016, la prédiction du repli du déficit dans les années à venir ainsi qu’une dynamisation de la croissance du PIB à 2,2% pour cette année contre à peine 1% en 2016.

D’après Fitch, la Tunisie est apte à réaliser un taux de croissance de 2,8% en 2018 et 3% en 2019, qui sont les conditions d’une reprise économique graduelle. Mais il y a le poison de l’instabilité politique et la dégradation de la sécurité dans le pays, des éléments que l’agence américaine prend très sérieux. Ce qui explique d’ailleurs que Washington hésite à garantir le prêt tunisien de 500 millions de dollars.

Mais ce n’est pas le seul ombre sur le tableau de la Tunisie, il y a aussi l’explosion de la dette publique, que Fitch Ratings évalue à 70% du PIB à la fin de 2017 contre 62% en 2016. Si on on y ajoute le déficit budgétaire devenu chronique, le service de la dette risque de monter très vite, jusqu’à 76% du PIB en 2024.

L’agence pointe également la forte dépendance de la Tunisie du financement international pour réduire son déficit. Cet appui devra se poursuivre pour maintenir à flot le pays, mais si jamais il faiblit c’est tout l’édifice des financements extérieurs qui s’effondre, alerte Fitch.

par -

La Tunisie est classée 110ème à l’échelle mondiale sur un total de 201 pays, par le rapport publié, récemment, par Fitch Ratings sur “Tunisie : les risques opérationnels“. Au niveau de la région Mena (18 pays), notre pays est classé 9ème, avec un score de 47,8/100, alors que le score moyen de toute la région Mena est de 47,4/100.
Selon l’agence de notation, la Tunisie présente un grand nombre d’avantages, dont l’ouverture sur l’investissement étranger, la proximité de l’Europe et des marchés africains, et son adhésion à une multitude d’accords de libre échange.
La Tunisie s’est investie en créant plusieurs zones de libre échange en dehors de la capitale, ce qui reflète son engagement à attirer de nouveaux investisseurs dans des activités prometteuses, en l’occurrence les télécommunications“, a encore noté Fitch Ratings.

Toutefois, l’économie du pays fait face à plusieurs risques relatifs notamment, au marché du travail (manque de main d’œuvre qualifiée, faible niveau de participation de la femme au marché de l’emploi…), aux conditions logistiques et à la sécurité du climat d’affaires.
Au niveau du risque du marché du travail, la Tunisie est classée 15ème dans la région Mena avec un score de 43,6. Fitch a pointé du doigt, à ce niveau, l’inadéquation entre les compétences humaines et les besoins du marché du travail, le niveau élevé des impôts appliqués au contribuable et l’importante contribution qu’il assure au profit des caisses sociales, outre la prédominance des syndicats de base dans les secteurs public et privé, ce qui constitue un grand risque pour les investisseurs.

Par ailleurs, l’agence a critiqué la hausse continue du nombre de mouvements sociaux observés dans les différents secteurs depuis 2015.
Pour ce qui est du risque en matière de logistique (le score tunisien est de 46,9 alors que le score de la région MENA se situe au niveau de 48,4/100). Fitch a fait remarquer que les entreprises sont confrontées à des risques élevés de survenue de grèves, affectant les réseaux de transport. A cela s’ajoute la qualité modeste des routes et du réseau ferroviaire, et le problème de congestion dans les principaux ports du pays.
En revanche, l’agence a valorisé les efforts déployés par le pays, en vue de réduire le niveau de la bureaucratie dans l’activité commerciale, et d’améliorer la qualité des services publics.

S’agissant du risque de sécurité et de cybercriminalité (score de 46,7 par rapport un score régional de 43,9/ 100), le rapport a fait état de la détérioration de la sécurité dans le pays, en raison de la proximité de la Libye qui présente un risque élevé d’attaques terroristes et d’intrusions sur les frontières nationales, et aussi, la proximité de l’Algérie, avec les risques accrus de la contrebande.

Fitch a noté, en outre, que la Tunisie fait face, également, à la hausse des risques de délits financiers, car la Tunisie ne respecte pas les normes internationales d’information financière.
En ce qui concerne le risque dans les domaines du commerce et de l’investissement (un score de 53,8 par rapport à un score régional de 47,4/100), l’agence de notation a révélé que ce risque est le moins pesant pour la Tunisie, au vu que cette dernière offre un environnement d’investissement ouvert et des incitations fiscales importantes dans les secteurs industriels clés.

par -

Achraf Ayadi, expert financier résident en France a accordé à Africanmanager une interview exclusive où il a évoqué plusieurs points. il a parlé de la situation économique actuelle du pays, l’économie informelle, la dette extérieure, le chômage, la détérioration du pouvoir d’achat et de plusieurs autres questions . Il a aussi évoqué le problè du déficit budgétaire qui ne cesse de plomber l’activité économique mais aussi la baisse de la notation de la Tunisie par Fitch Ratings et le dernier rapport du Fonds Monétaire International (FMI) sur la Tunisie. Interview:

Comment vous  voyez la situation économique actuelle du pays?

Compliquée. La dégradation du pouvoir d’achat, l’explosion de l’économie informelle, l’incapacité de l’administration à assurer un service de qualité aux citoyens et aux investisseurs, la déliquescence des hôpitaux publics, de l’école publique, la détresse de la jeunesse,… L’économie est un tout qui ne se résume pas à quelques indicateurs macroéconomiques. C’est parfois à se demander si la Tunisie fait encore rêver, y compris ses propres enfants. C’est dommage car nous avons l’un des potentiels économiques les plus élevés d’Afrique et du mondearabe.

La Tunisie pourra-t-elle facilement maîtriser le déficit budgétaire qui ne cesse de se creuser au fil des années?

Le déficit budgétaire et la dette extérieure sont des maladies incurables pour un pays incapable d’augmenter les recettes sans plomber l’activité économique, ou de baisser les emplois sans causer de crise sociale. En la matière, nos gouvernants successifs n’ont fait que fuir leurs responsabilités et faire de la politique sur le dos de l’argent public. Fuir l’austérité est une chose, fuir ses responsabilités face aux déséquilibres macroéconomiques en est une autre. Notre économie n’est pas pilotée car, tout simplement, il n’y a pas d’autres projets économiques pour nos gouvernants que d’arriver avec le moins de dégâts possibles aux prochaines élections. Pas de cap, pas de stratégie, pas de vision et fort probablement pas les bons profils aux affaires pour faire face aux challenges immenses auxquels la Tunisie fait face.

Fitch Ratings a abaissé la note de la dette, quel effet sur la Tunisie? Et si notre pays sort sur le marché international, quel sera la réponse, selon vous? Est-il toujours simple pour la Tunisie de mobiliser des ressources de l’étranger?

La notation attribuée par les agences internationales à la Tunisie a valeur d’indice de crédibilité pour les bailleurs de fonds internationaux. Plus cette notation est favorable, plus la Tunisie serait capable de lever des montants significatifs à un coût soutenable. Le taux d’intérêt à servir aux investisseurs dans la dette tunisienne irait crescendo avec chaque dégradation de cette note. Il est certain que l’exercice budgétaire 2017 sera affecté par cette dégradation.

Les déséquilibres macroéconomiques actuels sont intenables à moyen terme : un accroissement non maîtrisé des dépenses publiques, une croissance économique faible, des déficits jumeaux chroniques, et une part significative de l’économie qui échappe à la contribution fiscale. Une augmentation des taux d’intérêts sur les levées de fonds en devises aggraverait la situation du service de la dette et pourrait, potentiellement, hypothéquer les possibilités futures de croissance.

Que proposez-vous pour sortir de cette situation ?

Pour moi, il y a deux urgences absolues : recrédibiliser l’Etat et rendre l’espoir à la jeunesse. Ce ne sont certes pas des choses faciles à faire, mais celui qui s’attend à ce que la tâche soit aisée ne devrait pas accepter de gouverner. Premièrement, redécrédibiliser l’Etat nécessiterait de porter plusieurs coups de taille à des cas avérés de corruption et de les utiliser pour donner l’exemple. Depuis les hauts fonctionnaires véreux qui ont pillé l’argent public, aux oligarques du stockage et de la distribution des produits frais qui font flamber les prix, en passant par quelques têtes de pont de la contrebande frontalière. L’État devrait également démontrer sa capacité à réformer et à se transformer. Il y a des entreprises publiques dans le secteur financier, dans celui des transports et de l’énergie qui attendent des décisions pas évidentes lorsqu’on n’a pas le courage politique de décider. Il y a un moment où les finances publiques ne peuvent plus se contenter de constater les pertes puis d’emprunter pour les éponger. Pour ce qui est de la jeunesse, l’autre urgence absolue, l’accélération du départ massif des plus qualifiés et dynamiques d’entre eux sous d’autres cieux, devrait nous interpeller fortement. Notre pays doit continuer à nous faire rêver et à nous dire que nous avons un avenir sur son sol auprès des nôtres. Il nous faut repositionner les programmes de formations pour donner plus de place à l’anglais et aux soft skills. Rapprocher les universités des entreprises est un impératif. Si on veut que le chômage devienne l’exception, il faut que la formation par alternance devienne la norme. Notre pays doit continuellement remobiliser ses compétences à l’étranger et leur proposer une voie de retour aux sources. Ils sont l’investissement de la société dans son propre avenir. Avec ce qu’ils ont appris, avec leurs réseaux, ce qu’ils peuvent apporter au quotidien ressemblerait, à mon sens, à un forum d’investissement permanent qui coûterait zéro au contribuable. Ne pas être capable de donner un nouvel espoir pour la jeunesse, c’est condamner la croissance économique et l’innovation de demain, et peut-être, l’incapacité de payer les retraites de ceux qui sont aujourd’hui en activité.

par -
L’agence de notation Fitch Ratings a confirmé la note nationale à long terme de Tunisie Factoring (TF) à 'BBB (tun)' et celle d'Union de Factoring à 'BB (tun)'. Les perspectives des deux notes nationales à long terme sont stables. Les notes nationales reflètent la solvabilité

Les banques marocaines ont été épinglées par l’agence américaine de notation Fitch Ratings dans un document qui épluche les indicateurs de performance. Fitch a pointé du doigt la dégradation de la qualité des actifs que possèdent les banques et une marge bénéficiaire qui se contracte.

D’après les experts de Fitch, les banques ont été impactées par le ralentissement de la croissance au Maroc et les  lourdes charges des crédits immobiliers à cause de la dégradation de la solvabilité du marché de l’immobilier marocain, que ce soit pour les promoteurs ou la clientèle. Pire, Fitch ne prévoit pas une reprise du crédit avant l’année prochaine. Autant dire que la période des vaches maigres pour les établissements bancaires va jouer les prolongations.

Néanmoins l’agence américaine précise que les résultats des trois plus grosses banques du Maroc, notamment la BMCE, sont impulsés par l’activité de crédit en Afrique subsaharienne.

Par ailleurs Fitch indique que les trois banques franco-marocaines, la Société Générale, la BMCE et le Crédit du Maroc, tirent leur épingle du jeu grâce à une politique de crédit mieux calibrée.

par -
L’agence de notation Fitch Ratings a confirmé les notes de défaut

«BB-  et perspectives négatives”. C’est la notation de la Tunisie, telle que confirmée dans un communiqué publié vendredi 26 aout par l’agence de notation Fitch Ratings. Il s’agissait des notes de défaut émetteur à long terme en devises étrangères de la Tunisie  et des notes d’émission d’obligations non adossées à des devises étrangères, qui sont également confirmées à ‘BB-‘.

Fitch Ratings explique cette notation par «la faible croissance économique et les risques sécuritaires qui restent élevés et qui ont entrainé une régression du secteur du tourisme, une des principales sources d’entrée de devises pour le pays ». Il y a aussi «les conflits politiques au sein du parti Nidaa Tounes qui ont affaibli la capacité du gouvernement à adopter les réformes économiques par le Parlement, ce qui a amené le président de la République à appeler à la formation d’un gouvernement d’union nationale”. Par ailleurs, l’agence de notation a estimé la croissance du PIB de la Tunisie pour 2016 à 1,2% en 2016 contre 4,5% en 2010.

par -
L'agence de notation Fitch Ratings vient d'abaisser la note souveraine de la Tunis de BB+ à BB- avec perspectives négatives

L’agence de notation Fitch Ratings vient d’abaisser la note souveraine de la Tunis de BB+ à BB- avec perspectives négatives, au soir de l’attaque suicide de Sousse. L’agence de notation justifie cet abaissement par le retard de la transition politique et l’incertitude sur l’issue du dialogue national.

Fitch rajoute ,dans son communiqué, qu’une baisse supplémentaire de la note souveraine de la Tunisie est possible si la crise politique s’intensifie ou si la Tunisie ne parvient pas à réduire nettement ses déficits budgétaire et courant.

par -
L’agence de notation Fitch Ratings a confirmé la note nationale à long terme  de  Tunisie Factoring national (TF) à 'BBB (tun)' et  celle  de l'Union de Factoring (UF)  à 'BB (tun) '. La perspective des deux notes est stable

L’agence de notation Fitch Ratings a confirmé la note nationale à long terme de Tunisie Factoring national (TF) à ‘BBB (tun)’ et celle de l’Union de Factoring (UF) à ‘BB (tun) ‘. La perspective des deux notes est stable.

Ces notes reflètent la solvabilité de l’émetteur par rapport au meilleur crédit et aux autres sociétés similaires dans le secteur en Tunisie. La confirmation des notes de TF et de UF reflète l’opinion stable de Fitch sur le financement, la liquidité, la qualité des actifs, la performance, l’adéquation des fons propres et la gouvernance d’entreprise de ces sociétés d’affacturage par rapport à leurs pairs.

Le détail des notes :

TF : Note nationale à long terme : affirmée à ‘BBB (tun)’; Perspective Stable sur la note national note à court terme: affirmée à ‘F3 (tun)’

UF : Note nationale à long terme : affirmée à ‘BB (tun)’; Perspective Stable national sur la note à court terme: affirmée à ‘B (tun)’ Note nationale sue les dettes de premier rang non garanties : affirmée à ‘BB (tun)’

par -
L’agence de notation Fitch Ratings a confirmé les notes nationales de Arab International Lease (AIL)

L’agence de notation Fitch Ratings a confirmé les notes nationales de Arab International Lease (AIL), Arab Tunisian Lease (ATL), Attijari Leasing (AL), la Compagnie Internationale de Leasing (CIL), El Wifack Leasing (LEF), Hannibal Lease (HL), Modern Leasing (ML), et Tunisie Leasing (TL).

Les notes nationales des sociétés AIL, ATL, AL et ML s’appuient sur les soutiens fournis alors que celles de CIL, EWL, HL et TL se fondent sur leur solvabilité sur une base autonome.

L’affirmation des notes nationales des sociétés AIL, ATL, AL et ML reflète l’opinion inchangée de Fitch sur la volonté et la capacité des actionnaires ultimes respectifs de soutenir leurs filiales, si besoin est. Les perspectives pour les notes nationales à long terme sont stables, sauf pour ML.

L’affirmation des notes nationales de CIL, EWL, HL et TL reflète la vue invariable de Fitch sur la solvabilité de ces entreprises de crédit-bail par rapport aux autres entreprises similaires du secteur en termes de financement, de liquidité, de qualité des actifs, d’ adéquation de fonds propres , de performance et de gouvernance d’entreprise. La perspective pour la note à long terme est stable .

Les notes des sociétés AIL, AL, ATL et ML sont étayées par l’évaluation de Fitch que la probabilité de soutien qu’elles sont susceptibles de recevoir de leur actionnaire majoritaire, la Banque de l’Habitat (BH), si nécessaire. De l’avis de, ce soutien pourrait également être fourni par l’Etat à travers la BH, compte tenu de solvabilité relativement faible de cette dernière sur une base autonome. ML est détenue (directement et indirectement) à hauteur de 57% par la BH, qui à son tour est de 57%, contrôlé par l’Etat tunisien. La perspective négative sur la note nationale à long terme de ML reflète le fait que la Tunisie a la note de défaut émetteur à long terme.

Les notes sont les suivantes:

ML : note nationale à long terme : affirmée à’BBB affirmé (tun) ‘; perspective négative sur la note nationale à court terme : affirmée à’ F3 (tun) ‘

Arab International Lease : note nationale à long terme : affirmée à ‘A + (tun)’; Perspective Stable sur la note nationale à court terme Note: affirmée à ‘F1 (tun)’ Note nationale de dettes de premier rang non garanties: affirmée à ‘A + (tun)’

Arab Tunisian Lease : note nationale à long terme : affirmée à ‘BBB (tun)’; Perspective Stable sur la note nationale à court terme : affirmée à ‘F3 (tun)’ ; Note nationale de dettes de premier rang non garanties: affirmée à ‘BBB (tun)’ ; Note nationale de dette subordonnée : affirmée à ‘BB (tun)’

Attijari Leasing : note nationale à long terme : affirmée à ‘BB + (tun)’; Perspective Stable sur la nationale à court terme : affirmée à ‘B (tun)’ ; Note nationale de dettes de premier rang non garanties: confirmée à ‘BB + (tun)’ ; note nationale de dette subordonnée: affirmée à ‘B + (tun)’

Tunisie Leasing : note nationale à long terme: affirmée à ‘BBB + (tun)’; Perspective Stable sur la note nationale à court terme : affirmée à ‘F2 (tun)’ ; Note nationale de dettes de premier rang non garanties: affirmée à ‘BBB + (tun)’ ; note nationale de dette subordonnée : affirmée à ‘BB + (tun)’

Compagnie Internationale de Leasing : note nationale à long terme: affirmée à ‘BBB-(tun)’; Perspective Stable sur la note nationale à court terme : affirmée à ‘F3 (tun)’ ; Note nationale de dettes de premier rang non garanties: affirmée à ‘BBB-(tun) ; Note nationale de dette subordonnée: affirmée à ‘BB-(tun)’

El Wifack Leasing : Note nationale à long terme : affirmée à ‘BB + (tun)’; Perspective Stable sur la note nationale à court terme : affirmée à ‘B (tun)’ ; Note nationale de dettes de premier rang non garanties: affirmée à ‘BB + (tun)’

Hannibal Lease : Note nationale à long terme : affirmée à ‘BB-(tun)’; Perspective Stable sur la note nationale à court terme : affirmée à ‘B (tun)’ ; Note nationale de dettes de premier rang non garanties: affirmée à ‘BB-(tun)

par -
L’agence de notation Fitch Ratings a confirmé les notes nationales de Arab International Lease (AIL)

L’agence de notation Fitch Ratings a confirmé les notes nationales de Arab International Lease (AIL), Arab Tunisian Lease (ATL), Attijari Leasing (AL), la Compagnie Internationale de Leasing (CIL), El Wifack Leasing (LEF), Hannibal Lease (HL), Modern Leasing (ML), et Tunisie Leasing (TL).

Les notes nationales des sociétés AIL, ATL, AL et ML s’appuient sur les soutiens fournis alors que celles de CIL, EWL, HL et TL se fondent sur leur solvabilité sur une base autonome.

L’affirmation des notes nationales des sociétés AIL, ATL, AL et ML reflète l’opinion inchangée de Fitch sur la volonté et la capacité des actionnaires ultimes respectifs de soutenir leurs filiales, si besoin est. Les perspectives pour les notes nationales à long terme sont stables, sauf pour ML.

L’affirmation des notes nationales de CIL, EWL, HL et TL reflète la vue invariable de Fitch sur la solvabilité de ces entreprises de crédit-bail par rapport aux autres entreprises similaires du secteur en termes de financement, de liquidité, de qualité des actifs, d’ adéquation de fonds propres , de performance et de gouvernance d’entreprise. La perspective pour la note à long terme est stable .

Les notes des sociétés AIL, AL, ATL et ML sont étayées par l’évaluation de Fitch que la probabilité de soutien qu’elles sont susceptibles de recevoir de leur actionnaire majoritaire, la Banque de l’Habitat (BH), si nécessaire. De l’avis de, ce soutien pourrait également être fourni par l’Etat à travers la BH, compte tenu de solvabilité relativement faible de cette dernière sur une base autonome. ML est détenue (directement et indirectement) à hauteur de 57% par la BH, qui à son tour est de 57%, contrôlé par l’Etat tunisien. La perspective négative sur la note nationale à long terme de ML reflète le fait que la Tunisie a la note de défaut émetteur à long terme.

Les notes sont les suivantes:

ML : note nationale à long terme : affirmée à’BBB affirmé (tun) ‘; perspective négative sur la note nationale à court terme : affirmée à’ F3 (tun) ‘

Arab International Lease : note nationale à long terme : affirmée à ‘A + (tun)’; Perspective Stable sur la note nationale à court terme Note: affirmée à ‘F1 (tun)’ Note nationale de dettes de premier rang non garanties: affirmée à ‘A + (tun)’

Arab Tunisian Lease : note nationale à long terme : affirmée à ‘BBB (tun)’; Perspective Stable sur la note nationale à court terme : affirmée à ‘F3 (tun)’ ; Note nationale de dettes de premier rang non garanties: affirmée à ‘BBB (tun)’ ; Note nationale de dette subordonnée : affirmée à ‘BB (tun)’

Attijari Leasing : note nationale à long terme : affirmée à ‘BB + (tun)’; Perspective Stable sur la nationale à court terme : affirmée à ‘B (tun)’ ; Note nationale de dettes de premier rang non garanties: confirmée à ‘BB + (tun)’ ; note nationale de dette subordonnée: affirmée à ‘B + (tun)’

Tunisie Leasing : note nationale à long terme: affirmée à ‘BBB + (tun)’; Perspective Stable sur la note nationale à court terme : affirmée à ‘F2 (tun)’ ; Note nationale de dettes de premier rang non garanties: affirmée à ‘BBB + (tun)’ ; note nationale de dette subordonnée : affirmée à ‘BB + (tun)’

Compagnie Internationale de Leasing : note nationale à long terme: affirmée à ‘BBB-(tun)’; Perspective Stable sur la note nationale à court terme : affirmée à ‘F3 (tun)’ ; Note nationale de dettes de premier rang non garanties: affirmée à ‘BBB-(tun) ; Note nationale de dette subordonnée: affirmée à ‘BB-(tun)’

El Wifack Leasing : Note nationale à long terme : affirmée à ‘BB + (tun)’; Perspective Stable sur la note nationale à court terme : affirmée à ‘B (tun)’ ; Note nationale de dettes de premier rang non garanties: affirmée à ‘BB + (tun)’

Hannibal Lease : Note nationale à long terme : affirmée à ‘BB-(tun)’; Perspective Stable sur la note nationale à court terme : affirmée à ‘B (tun)’ ; Note nationale de dettes de premier rang non garanties: affirmée à ‘BB-(tun)

Le meilleur des RS

Dans un récent statut sur sa page officielle, l’économiste Ezzeddine Saidane dit «Non, ce n’est pas vrai, il n’y a pas de reprise économique»....

INTERVIEW

Le président de la Conect (Confédération des Entreprises Citoyennes de Tunisie), Tarek Cherif, a accordé à Africanmanager une interview exclusive dans laquelle il a...

AFRIQUE

La 23ème Conférence des Parties (COP23) de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) tenue à Bonn (Allemagne) du 6 au...

Reseaux Sociaux

SPORT

La sélection tunisienne de kyokushinkai a terminé à la 3e place du championnat arabe de cette catégorie organisé au Liban, avec un total de...