Si tout était aussi juteux que le marché financier et sa Bourse…

Si tout était aussi juteux que le marché financier et sa Bourse…

par -

Le Conseil du Marché Financier vient de présenter au président de la République son vingt-deuxième rapport annuel relatif à l’année 2017. Ledit rapport a mis en exergue les principales réalisations ayant eu lieu dans le cadre du marché financier tunisien au cours de l’année écoulée.

Il est à noter que les résultats globalement positifs réalisés au cours de l’année 2017 par le marché financier tunisien, nonobstant la situation délicate de la conjoncture économique nationale et internationale, témoignent de la confiance dont jouit le marché financier auprès des investisseurs et des sociétés notamment au vu de la poursuite de l’enrichissement de la cote de la bourse via l’introduction de nouvelles sociétés ainsi que l’amélioration des indicateurs du secteur du capital risque. Ces aspects constituent en effet un signal fort du développement du rôle du marché financier dans le financement de l’investissement privé en plus du financement bancaire classique.

L’année 2017 a vu ainsi la poursuite des efforts tendant à enrichir la cote de la bourse des valeurs mobilières de Tunis et ce, à travers l’introduction de deux nouvelles sociétés : la première sur le marché principal et la seconde sur le marché alternatif de la bourse, ce qui a permis de générer une capitalisation supplémentaire de 78,5 millions de dinars. Le nombre de sociétés introduites en bourse a ainsi atteint 81 à la fin de l’année 2017 dont 13 sont listées sur le marché alternatif.

Par ailleurs, l’année 2017 a également connu une forte amélioration du taux de participation du marché financier dans le financement de l’investissement privé, lequel a atteint 13,2% contre 9% en 2016. Cela est dû notamment à la progression du volume des capitaux levés par les sociétés faisant appel public à l’épargne au titre des émissions sur le marché financier qui ont atteint 1265,1 millions de dinars contre 817,2 millions de dinars en 2016.

Au niveau du marché secondaire de la bourse, l’indice Tunindex a clôturé l’année 2017 avec 6281,83 points enregistrant une progression annuelle notable de 14,45% par rapport à l’année 2016 au cours de laquelle il a connu une amélioration de 8,86%. Les cours boursiers des sociétés introduites se sont globalement appréciés, ainsi 39 sociétés ont vu leurs cours progresser contre 24 régressions. De même, le volume global des échanges en bourse sur les titres de capital s’est développé en 2017 de 36,59%, atteignant 2472,4 millions de dinars.

Quant à la capitalisation boursière globale elle a enregistré durant l’année 2017 une hausse de 13,22% par rapport à 2016 pour atteindre 22 millions de dinars. Cette progression s’explique par l’appréciation des cours des sociétés représentées dans l’indice phare de la bourse de Tunis ainsi que par les opérations d’augmentation de capital réalisées par plusieurs sociétés introduites via l’émission de nouvelles actions.

Hausse de 26% de l’intermédiation boursière

S’agissant du secteur de l’intermédiation boursière, il a enregistré une croissance de 26% du volume global des opérations réalisées par les intermédiaires en bourse, lequel a atteint 3480 millions de dinars contre 2764 millions de dinars en 2016. Le volume des échanges sur la cote de la bourse s’est également nettement développé passant de 1740 millions de dinars en 2016 à 2472 millions de dinars au cours de l’année 2017.

Pour ce qui est du secteur de l’intermédiation boursière, qui contribue grandement à l’animation du marché, il a enregistré une croissance de 26% du volume global des opérations réalisées par les intermédiaires en bourse, lequel a atteint 3480 millions de dinars contre 2764 millions de dinars en 2016. Le volume des échanges sur la cote de la bourse s’est également nettement développé passant de 1740 millions de dinars en 2016 à 2472 millions de dinars au cours de l’année 2017.

Quant au nombre des organismes du secteur du capital risque en activité, il s’est élevé au cours de l’année 2017 à 111, répartis entre 60 sociétés d’investissement à capital risque, 43 fonds de placement à capital risque et 8 fonds d’amorçage. Le nombre de projets réalisés en 2017 a atteint 136 projets avec une contribution du secteur du capital risque d’une valeur globale de 485,8 millions de dinars. Ces projets ont permis de créer 7500 postes d’emploi directs et 27,3% d’entre eux ont concerné des sociétés employant moins de 50 agents. Cela révèle l’importance du secteur du capital risque en matière de renfoncement des fonds propres des petites et moyennes entreprises.

Sur le plan de la régulation et du contrôle du marché, le rapport du CMF a détaillé les mesures entreprises en la matière pour renforcer l’intégrité et la sécurité de la place de Tunis. Ces efforts ont permis notamment d’accroître le nombre des sociétés cotées en bourse ayant respecté le délai légal de communication de leurs états financiers. En effet, le pourcentage des sociétés ayant communiqué leurs états financiers durant les quatre mois suivant la clôture de l’exercice comptable a progressé pour atteindre 94% des sociétés cotées. De même, le taux de respect par les sociétés cotées des délais de publication des états financiers semestriels s’est inscrit à la hausse passant de 66% en 2016 à 68% en 2017.

De même, le Conseil a focalisé son attention au cours de l’année écoulée sur les informations financières publiées via internet au vu de l’importance acquise par ce nouveau moyen de diffusion auprès de l’ensemble des investisseurs ce qui nécessite d’accentuer les contrôles en la matière afin de garantir la véracité et la fiabilité des informations publiées.

Ouverture de 7 enquêtes

On note également l’ouverture par le CMF au cours de l’année 2017 de quatre enquêtes et la prise de décisions au sujet de trois autres enquêtes ouvertes en 2016. Le collège du Conseil du Marché Financier a ainsi prononcé des sanctions pécuniaires pour non respect du principe de transparence concernant l’obligation de divulgation d’informations financières conformément à la loi et l’utilisation d’une information privilégiée dans le cadre d’opérations de négociation en bourse. De même le collège du CMF a retiré l’agrément d’une société de gestion et d’un fonds commun de placement et ce, pour non respect des dispositions légales et réglementaires en vigueur régissant l’activité de capital investissement. Ces procédures disciplinaires ont pour finalité la préservation de l’intégrité du marché et la garantie de la sécurité des transactions.

Sur le plan réglementaire l’année 2017 a également été marquée par la participation du CMF à l’élaboration du projet de code des organismes d’investissement collectif et ce, au vu de l’importance du secteur du capital risque dans la création des emplois notamment à l’échelle régionale et dans l’encouragement de l’innovation et des nouvelles technologies. Le CMF a également pris soin d’élaborer au cours de l’année 2017 deux guides pédagogiques : le premier relatif aux mesures pratiques pour la répression du blanchiment d’argent et la lutte contre le financement du terrorisme, et le second concernant la lutte contre les manquements sur le marché. Ces guides ont pour finalité de simplifier les procédures d’application des règlements du Conseil du Marché Financier relatifs à ces sujets, ce qui est de nature à permettre aux professionnels et aux intervenants du marché de respecter leurs obligations légales et contribuera à renforcer l’intégrité et la sécurité du marché financier tunisien.

Enfin, le rapport 2017 du régulateur du marché, fait part des activités du CMF en matière de coopération internationale et régionale principalement avec l’organisation internationale des commissions de valeurs (OICV) et les instances de régulation analogues. Dans ce cadre, le CMF a organisé au cours de l’année 2017 la onzième réunion annuelle de l’Union Arabe des Autorités de Valeurs Mobilières à laquelle ont pris part les autorités de régulation financière de quinze pays membres de l’Union. Au cours de ladite réunion la présidence de cette prestigieuse organisation régionale a été attribuée au Président du Conseil du Marché Financier ce qui constitue une reconnaissance des avancées réalisées sur le marché financier tunisien au cours des dernières années notamment au niveau du renforcement du cadre légal en vigueur et de l’accélération du rythme des introductions en bourse. Cette distinction a permis également de mieux faire connaître les opportunités d’investissement sur le marché financier tunisien à travers l’attraction des capitaux arabes et notamment ceux des pays du Golfe.

En résumé et en dépit d’une conjoncture économique difficile, le marché financier tunisien est parvenu, grâce à la conjugaison des efforts de tous les intervenants, à préserver sa stabilité. Il n’en demeure pas moins que les problématiques auxquelles fait face ce marché requièrent la poursuite et la consolidation des réformes déjà entreprises et ce, pour exploiter au mieux toutes les pistes de croissance, renforcer la compétitivité de l’économie nationale et permettre au marché financier de jouer pleinement son rôle en matière de financement de l’investissement et d’impulsion du rythme des créations d’emplois.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire