Sousse victime de sa renommée et du “New Deal”, dit-on

Sousse victime de sa renommée et du “New Deal”, dit-on

par -

L’Etat a réservé une enveloppe, dans le cadre du programme de coopération internationale, pour appuyer les projets régionaux et les programmes d’investissement municipal dans les différentes régions du pays.
Le programme d’appui de la décentralisation a consacré une enveloppe de 104 millions de dinars (MD) au profit de 31 nouvelles municipalités, alors qu’une partie de la deuxième tranche du prêt de la Banque Mondiale (150 MD) a été réservée au financement d’un nombre de projets et programmes municipaux.
Le dispositif de développement des collectivités locales a consacré un budget de 250 MD, alors que le programme spécifique de maintenance et d’aménagement des routes municipales a offert une enveloppe de 484 MD au profit des projets municipaux et régionaux.

L’Etat se dit disposé à répondre aux attentes des conseils municipaux, dans les différentes régions du pays, et appuyer les investissements municipaux, surtout en ce qui concerne les projets prioritaires.
La distribution des fonds se fait, dit-on, sur la base de l’indice de développement régional, conçu par des établissements gouvernementaux.

La directrice régionale du développement, Leyla Ben Hafsia, a dressé un bilan sur les principaux indicateurs, mettant l’accent sur la hausse du taux de croissance des habitants dans le gouvernorat de Sousse, estimée à 2,17% contre 1,03% à l’échelle nationale. La ville de Sousse vient en deuxième position à l’échelle nationale, après les gouvernorats d’Ariana et de Ben Arous.
Elle occupe également la 12ème position au niveau de l’indicateur de la pauvreté, alors que le taux de chômage en 2018 s’élève à 13,8% contre une moyenne nationale de 15,5%.

D’après Mme Ben Hafsia, les principales problématiques du développement se résument essentiellement en les disparités et les inégalités de développement entre la vocation maritime de district de Sousse et le reste des régions intérieures en particulier et l’émergence des quartiers populaires anarchiques limitrophes aux différentes villes, suite à la concentration de la plupart des activités économiques dans le district de Sousse (40% des activités).

Ces problèmes se manifestent également à travers la dégradation de la situation environnementale consistant notamment en la hausse de la gravité de l’érosion maritime, le rétrécissement des surfaces des plages, la pollution maritime, le déséquilibre écologique des lacs, l’amplification du volume des déchets ménagers, industriels et thermiques, l’agression de la propriété publique et la détérioration des périmètres irrigués.

L’occasion a été offerte également pour présenter un ensemble de projets publics bloqués ou ceux qui connaissent une lenteur des travaux dans le gouvernorat de Sousse, en l’occurrence la construction d’une école supérieure des études commerciales, et un service de la médecine dentaire à l’hôpital universitaire, Farhat Hached, Sousse.

Cette réunion est une occasion pour affirmer que la modestie des enveloppes consacrées aux projets de développement au gouvernorat de Sousse sous l’effet de la consécration du principe de la description positive a eu un effet négatif sur le rythme de développement dans la région.

TAP

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire