Tunisie : Le FMI a certes décaissé, mais il charge aussi la...

Tunisie : Le FMI a certes décaissé, mais il charge aussi la barque !

par -

Robert Blotevogel, représentant du Fonds Monétaire International en Tunisie, est revenu ce matin du lundi 26 mars 2018 sur les modalités de la décision du conseil d’administration du FMI de décaisser la 3ème tranche du prêt accordé à la Tunisie. Il a indiqué ceci : «Ce montant global n’a pas changé, la seule chose qui a changé c’est la fréquence des décaissements. L’avantage de ce nouveau schéma est que le FMI aura la possibilité d’avoir le pouls de l’économie tunisienne dans des délais plus serrés et d’envoyer des signaux positifs à la communauté internationale».

Blotevogel a ensuite fait un petit bilan des réformes déjà entreprises en Tunisie et celles qui doivent l’être: «Le conseil d’administration a constaté que les vulnérabilités macro-économiques se sont accrues l’année dernière. Cependant, on approuve certaines décisions des autorités, notamment la LF 2018 qui amorce la consolidation budgétaire, le respect du mandat de la Banque centrale en respectant la stabilité des prix, outre la bonne communication derrière ces décisions».

Toutefois, «il est clair que la situation économique de la Tunisie n’est pas à la hauteur des aspirations. On citera, entre autres, le chômage, les inégalités entre les générations, entre les hommes et les femmes. Maintenant comment faire ? Les autorités disposent de l’outil de la politique budgétaire : l’idée est d’augmenter les investissements publics afin de préparer le terrain aux investisseurs privés. En Tunisie, il y a certaines contraintes, comme le taux d’endettement élevé qui peut être réduit à travers la réduction des dépenses courantes : les salaires et les subventions pour les dépenses énergétiques. Pour cela, il faut des décisions qui permettront de réduire graduellement ces dépenses puisque les politiques pour le faire sont déjà connues », a déclaré le représentant du FMI.

Enfin il a déclaré que le plus important chantier pour le FMI présentement est de contenir les anticipations inflationnistes et de faire refluer le taux d’inflation d’ici la fin de 2018, voire vers le début de l’année, pour ne pas impacter le pouvoir d’achat du citoyen.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire