Yémen : Les violences reprennent, la faim et le choléra aussi

Yémen : Les violences reprennent, la faim et le choléra aussi

par -

Le Conseil de sécurité a exprimé son inquiétude concernant le regain de violence dans certaines régions du Yémen, un pays ravagé par des années de conflit entre les rebelles houthis et les forces gouvernementales soutenues par une coalition menée par l’Arabie saoudite.

Dans une déclaration à la presse publiée lundi soir, les membres du Conseil ont aussi rappelé qu’ils avaient déjà demandé à toutes les parties au conflit de prendre toutes les mesures possibles pour assurer la protection des civils et de respecter le droit international humanitaire.

Ils se sont dit inquiets de la détérioration de la situation humanitaire depuis décembre 2018, notamment d’une grave recrudescence du choléra avec plus de 364.000 cas suspects depuis le début de 2019 et d’une hausse de 18% du nombre de Yéménites en situation d’insécurité alimentaire cette année (20 millions de personnes, soit 65% de la population).

Les membres du Conseil ont réclamé la levée des obstacles bureaucratiques à la livraison de l’aide humanitaire et ont exhorté les bailleurs de fonds à remplir leurs promesses faites aux agences onusiennes dont les fonds risquent de s’épuiser rapidement.

Le Conseil de sécurité a souligné son plein soutien à l’Envoyé spécial du Secrétaire général pour le Yémen, Martin Griffiths, et a appelé les parties prenantes à s’impliquer de manière constructive et continue avec lui afin de remplir leurs obligations contenues dans l’accord de paix de Stockholm conclu en décembre 2018.

Les membres du Conseil de sécurité ont noté avec satisfaction les progrès initiaux réalisés par les parties dans la première phase du redéploiement des forces dans la ville portuaire d’Hodeïda, qui est cruciale pour la livraison de l’assistance humanitaire, et les ont exhortées à prendre les prochaines mesures nécessaires pour la mise en œuvre intégrale de l’accord concernant ce port.

Ils se sont félicités de l’intention de l’Envoyé spécial de continuer à travailler avec les parties au conflit pour ouvrir la voie à une reprise de négociations formelles pour mettre fin au conflit.

Reconnaissant le rôle crucial joué par les femmes au Yémen en matière de consolidation de la paix, les membres du Conseil de sécurité ont réitéré l’importance d’une participation pleine, effective et significative des femmes, ainsi que d’un engagement significatif des jeunes dans le processus politique. Ils ont appelé le gouvernement yéménite et les houthistes à augmenter de 30% la participation des femmes dans leurs délégations, si nécessaire en ajoutant des membres supplémentaires à leurs délégations.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire