AccueilLa UNETunisie : Moodys' dépeint un système bancaire malade

Tunisie : Moodys’ dépeint un système bancaire malade

« Les créances accrochées sont concentrées en Tunisie dans le secteur des services, et principalement dans le tourisme et le commerce de détail. Le risque lié au crédit bancaire restera élevé, bien que se stabilisant, en 2018« , souligne l’Agence de notation, Moody’s, dans son rapport sur le système bancaire en Tunisie qu’elle vient de publier.

Et de prévoir « que les créances improductives représenteront environ 15% des prêts en 2018, contre 15,6% à la fin de 2016, en raison de la mise en œuvre des nouvelles règles d’amortissement et la croissance élevée des prêts« .

Pour l’agence, « la croissance des prêts reste menacée, si les pressions inflationnistes augmentent et si les autorités décident de resserrer la politique monétaire, soit au moyen de taux directeurs, soit en réduisant l’accès au financement de la banque centrale de Tunisie (BCT)« .

La BCT en surchauffe !

Elle souligne que la dépendance vis-à-vis du financement de la BCT augmente (8,4% du financement total). Les prêts progressent plus rapidement que les dépôts, les déficits commerciaux persistants et l’augmentation des émissions de dette publique ces dernières années ont alimenté les problèmes de liquidité dans l’économie tunisienne, un défi qui devrait se poursuivre en 2018.

Pour 2018, l’agence de rating prévoit « une croissance des crédits d’environ 8% à 10%, contre 15% en 2017, légèrement supérieure à la croissance du PIB nominal. Cette croissance a été principalement soutenue ces dernières années par des prêts personnels et des facilités de fonds de roulement pour les entreprises« .

Les besoins de financement ont augmenté au cours des dernières années en raison de la baisse de l’épargne intérieure, à environ 57% des dépenses nationales en capital en 2017, contre 70% en 2014 et de la faiblesse des flux d’IDE, bien inférieurs aux niveaux d’avant 2011.

Toutefois, Moody’s estime que la reprise de l’activité économique permettra de financer davantage les dépenses du gouvernement, mais que l’accès au financement reste difficile étant donné que le système bancaire est relativement fragmenté.

L’agence se montre néanmoins optimiste : « nous nous attendons à des améliorations d’un certain nombre de réformes planifiées qui soutiendront la croissance du crédit, telles que l’ouverture du premier bureau de crédit, en 2016, en Tunisie, lequel aidera les prêteurs à obtenir des données complètes sur les emprunteurs potentiels« .

A ce niveau, « il faut prévoir d’augmenter le plafond actuel des taux d’intérêt et, plus tard, fixer un seuil en fonction du profil de risque des emprunteurs et renforcer le financement de la microfinance et des PME« , recommande-t-elle.

La réglementation bancaire traine les pieds

« Une réglementation faible et une mauvaise gouvernance ont accru les risques du système bancaire tunisien« , souligne Moody’s tout en relevant que « le gouvernement et l’autorité de régulation du système bancaire s’attaquent à ces problèmes« .

Et de rappeler que « la Tunisie accuse un retard par rapport aux pays similaires dans la région, tels que le Maroc et l’Egypte dans l’adoption des normes internationale en matière de capitalisation des banques. Ces dernières continuent de déclarer les ratios de fonds propres en vertu de « Bâle I », tandis que le régulateur suit un plan quinquennal pour appliquer « Bâle II et III« .

L’Agence estime qu' »une restructuration complète des banques du secteur public sera limitée jusqu’à ce que les problèmes de prêts puissent être considérablement réduits… Les banques publiques devraient être autorisées en 2018 à abandonner les réclamations sur les créances accrochées, à l’instar des banques privées… Les autorités doivent encore trouver une solution pour restructurer complètement les portefeuilles des dettes accrochées, qui représentaient environ 22% du total des prêts des banques publiques en décembre 2016, contre environ 10% pour les banques du secteur privé« .

Les banques publiques doivent se couper un bras

Selon Moody’s, « les créances improductives continueraient de baisser légèrement en 2018, principalement en raison de la croissance soutenue des prêts reflétant la reprise économique et en cas d’alignement des politiques d’abandon des créances entre les banques publiques et privées« .
Et de préciser que « cette amélioration sera concrétisera en partie, si les autorités cessent leur politique conciliante concernant les créances accrochées du tourisme« .

L’Agence de notation indique que « les autorités tunisiennes ont abandonné leurs projets de création d’une société de gestion de la dette douteuse. Pourtant, une telle mesure aurait eu un impact positif immédiat sur les risque liés à la gestion des actifs des banques, bien que cela puisse aussi s’avérer coûteux pour les finances publiques« .

Les banques tunisiennes dans la cour des petits

Les banques tunisiennes sont modérément rentables, relève Moody’s, avec un rendement estimé des actifs d’environ 1% et un retour sur les capitaux propres de 11% en 2017, globalement stable depuis 2014.

Les dépôts sont la principale source de financement des banques tunisiennes, représentant 66% du financement non participatif en Novembre 2017.

Les dépôts sont bien diversifiés dans le commerce de détail (53%), les entreprises (24%), l’institutionnel (10%) et les clients non résidents (13%). Les comptes courants contribuent à hauteur de 40% des dépôts, les comptes d’épargne à 30%, les dépôts à terme à 24% et les certificats de dépôt à 6%.
« Nous prévoyons une croissance annuelle des dépôts d’environ 10% 2017 (+ 8,6% en 2016 et + 4,6% en 2015), en-dessous de la hausse de 15% des prêts sur la même période« .

« Les prêts nets étaient égaux à 122% des dépôts au Novembre 2017 (99% en 2009), d’où une comparaison négative avec les pays similaires de la région MENA. Nous nous attendons à voir les prêts continuer à croître plus rapidement que les dépôts et les besoins de financement des banques rester élevés« , fait savoir l’Agence de notation.

Des difficultés de liquidité croissantes

Les banques nationales ont un accès limité aux marchés internationaux des capitaux et leur recours à la banque centrale a augmenté à cause de leurs besoins de financement croissants, une situation qui ne changera pas à court terme, relève Moody’s qui indique que « le déficit de liquidité du système bancaire a entraîné une hausse des taux du marché monétaire« .

« Le recours au financement de la BCT s’est élevé à environ 7,6% du total financement en 2017 contre 5,7% en décembre 2016. Les besoins de financement des banques ont atteint le niveau historique de 11 milliards de dinars en janvier 2018, contre 7 milliards de dinars un an plus tôt, en partie tirés par les besoins en devises dans le contexte d’un déficit du compte courant en hausse et de l’émission des emprunts publics (12,5 milliards de dinars en janvier 2018, contre 11,6 milliards un an, auparavant.
« Bien que la BCT ait plafonné son intervention dans le marché monétaire intérieur à 7 milliards de dinars, elle a augmenté d’autres formes d’intervention au moyen de swaps de devises à trois mois nouvellement créés et prêts au jour le jour aux banques.

« Nous prévoyons que le gouvernement soutiendra de grandes banques nationales, au besoin, jusqu’à ce qu’un mécanisme de résolution crédible soit mis en place. Cependant, des contraintes budgétaires croissantes pourraient l’amener à devenir plus sélectif dans son soutien aux petites banques« , affirme l »agence de rating.

Et de souligner que « la récente loi bancaire (…) fournit un certain nombre d’outils permettant à la banque centrale d’intervenir rapidement et de manière décisive lorsque les banques sont en difficulté« .

TAP

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,017SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -