Chahed contraint d’expliquer à Davos les ratés de la Tunisie

Chahed contraint d’expliquer à Davos les ratés de la Tunisie

par -

Le chef du gouvernement, Youssef Chahed, a affirmé que “la stabilité politique des pays du Moyen-Orient ne peut être obtenue qu’en assurant la stabilité de la région dans son ensemble“, dans une intervention lors d’un séminaire sur “La vision stratégique du Moyen-Orient” dans le cadre de la 49ème session du Forum de Davos en Suisse, organisé les 22 et 23 janvier 2019.
Au cours de ce séminaire, auquel ont assisté les représentants de Bahreïn, des Emirats arabes unis, d’Arabie saoudite et de Palestine, il a souligné que la crise en Libye avait eu un impact négatif sur l’économie tunisienne ainsi que le retour récent de milliers de Tunisiens qui travaillaient dans ce pays voisin.
Il a expliqué que l’exposition constante de la Tunisie à la menace d’attaques terroristes a nui à son activité touristique et a conduit à la récession de son économie dans son ensemble, causant des pertes financières au pays et poussant les gouvernements à emprunter auprès de diverses institutions financières internationales et du Fonds monétaire international (FMI).

Chahed a souligné que le terrorisme et les coûts de sa résistance ainsi que la concentration sur la réussite de la transition et de la démocratisation ont représenté des frais importants pour l’économie nationale, réaffirmant dans le même contexte les efforts de son gouvernement pour surmonter ce fardeau.
Le chef du gouvernement a souligné le faible taux de croissance et le taux de chômage élevé dans le pays (un tiers des chômeurs sont des diplômés), mettant l’accent sur les efforts déployés pour améliorer le climat des affaires et concrétiser des projets de partenariat public-privé et la réforme fiscale.
Il a souligné la nécessité d’accélérer la numérisation de divers domaines en Tunisie afin d’améliorer les conditions sociales et économiques, d’autant plus qu’environ 50% des diplômés en technologie se rendent en Europe et en Amérique pour chercher de meilleures opportunités d’emploi.
Chahed a estimé que les problématiques dans les pays du Moyen-Orient sont multiples, mais ne peuvent en général être traitées dans leur globalité, en raison des politiques différentes de ces pays et de leurs économies entre pays pétroliers et autres producteurs de biens à valeur ajoutée.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire