AccueilPresse localeLe CAE insiste sur son plan pour éviter une catastrophe (Vidéo)

Le CAE insiste sur son plan pour éviter une catastrophe (Vidéo)

Il y a urgence, d’après Sami Zaoui, membre du Conseil d’Analyses Economiques (CAE), à appliquer le plan de relance 2019-2020 soumis au chef du gouvernement, Youssef Chahed. Rappelons que ce plan a été dévoilé le 20 octobre 2018 et qu’il contient 100 propositions, et le cadre qu’il faut mettre en place pour que la Tunisie en tire un bénéfice. Zaoui est revenu ce mercredi 24 octobre 2018, sur Express FM, sur les détails de ce plan et la situation économique du pays.

- Publicité-

Il a indiqué que ce rapport est principalement axé sur deux leviers pour une vraie relance : la croissance et l’emploi ainsi que l’inclusion sociale et régionale. Le document propose d’insérer certaines de ces 100 mesures dans la Loi de finances 2019, notamment un moratoire sur l’impôt sur les sociétés (le maintenir à son niveau actuel), une imposition unifiée sur les sociétés offshore et onshore de 10% (13,5% actuellement) à partir de 2021 et la bonification des taux d’intérêt, estimés à 10% aujourd’hui, pour doper l’investissement. Chahed a manifestement agréé les demandes du CAE.

Zaoui a ajouté que ces outils servent également à répondre aux problèmes économiques du moment, surtout le péril de la désindustrialisation qui guette (dégradation du tissu industriel, notamment les secteurs du textile, du tourisme et de l’automobile) ainsi que le tassement de l’investissement accentué par l’érosion du dinar et le manque de visibilité sur les retombées des placements. L’expert comptable est d’avis que la reprise de la production des énergies, notamment le pétrole et celle du phosphate sont de nature à freiner la dépréciation du dinar et à rééquilibrer la balance commerciale.

«Il y a 50 mesures horizontales de nature transversale dans ce plan de relance. Il faut optimiser le rendement de l’administration en faisant monter les services en ligne pour alléger les procédures administratives. Ce plan de digitalisation sera effectif d’ici 12 à 18 mois. Le rapport préconise, en outre, la mise en place d’un médiateur de crédit pour faciliter les rapports entre les banques et les sociétés. Des suggestions relatives à l’entreprenariat comme la création d’une maison de l’entreprenariat dans chaque gouvernorat sont, de plus, faites dans ce rapport. Il y a, par ailleurs, des mesures sectorielles au nombre de 21 qui ciblent essentiellement des réformes au niveau des secteurs et qui ont pour but de dynamiser leur performance et leur productivité », a conclu l’expert.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,447SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles