Une apparition publique qui va exciter les mauvaises langues

Une apparition publique qui va exciter les mauvaises langues

par -

Plus de 15 jours après son hospitalisation suite à un malaise, la deuxième sortie médiatique du président de la République, Béji Caïd Essebsi (BCE), n’est pas passée inaperçue. Il a reçu ce lundi 22 juillet 2019 le ministre de la Défense, Abdelkarim Zbidi, au palais de Carthage, alors qu’on attendait plutôt le chef du gouvernement, Youssef Chahed, qu’il n’a pas revu ni même eu au téléphone depuis son admission à l’hôpital militaire. Cette fois la présidence de la République a publié un extrait où on n’entend pas le chef de l’Etat s’exprimer, suivi d’une rare déclaration du ministre de la Défense, qui a fourni des détails sur la situation sécuritaire – jugée stable – du pays.

Durant le même extrait, BCE n’a pas pu cacher les séquelles de son malaise sur son état physique ; la bouche mi-ouverte, le visage fatigué, le manque de punch et surtout l’absence du sourire habituel… L’épuisement saute aux yeux, le président de la République n’a pas repris la forme qu’on lui connait et parait même plus affaibli que lors de sa première apparition médiatique suite à son hospitalisation qui date du 5 juillet 2019.

Pour rappel, la présidence de la République avait publié un extrait de trois minutes montrant Essebsi en train de signer le décret présidentiel convoquant les électeurs pour aller voter aux législatives et présidentielle de 2019. Ensuite il avait dit un mot sur son état de santé, des propos marqués par la fatigue du président et par des difficultés d’élocution…

Un autre détail qui indique la méforme du président : le recul impressionnant de ses activités. Durant le mois précédant son malaise, la présidence de la République avait publié plus d’une vingtaine de messages montrant le président dans diverses situations : rencontres, réunions, sommet arabe exceptionnel qui s’était déroulé en Arabie Saoudite, etc. Depuis sa sortie de l’hôpital l’institution présidentielle n’a publié que deux extraits de trois minutes, dans lesquelles il ne s’est pas tenu debout et dont la dernière où on ne l’a pas entendu parler…

A travers cette publication, la présidence de République rassure sur le fait que BCE est bien là physiquement, une manière aussi de tenter de tordre le cou aux rumeurs folles depuis que le locataire du palais de Carthage a refusé de promulguer la loi électorale amendée. Plusieurs partis et parties se sont posé des questions sur l’état de santé du président, d’autres ont accusé l’entourage présidentiel d’exploiter l’état de santé du président pour l’empêcher de signer la loi; Mohamed Abbou a même réclamé l’intervention du procureur de la République du tribunal de 1ère instance de Tunis pour ordonner l’ouverture d’une enquête et demander à rencontrer le président de la République.

Mais de toute évidence ce n’est pas avec cette dernière apparition que la présidence de la République parviendra à démontrer la capacité de BCE à assumer convenablement ses fonctions, des images qui rappellent, toutes proportions gardées, les derniers jours du règne de Habib Bourguiba ou de Abdelaziz Bouteflika. On n’a pas fini d’entendre parler des capacités physiques et mentales de Essebsi…

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire