AccueilLa UNEZLECAF : Une affaire à 2,5 Milliards $, mais l'ALECA est passé...

ZLECAF : Une affaire à 2,5 Milliards $, mais l’ALECA est passé par là

« L’entrée en vigueur de l’accord sur la Zone de Libre Echange Continentale Africaine (ZLECAF) ne signifie pas son application immédiate par la Tunisie« , a souligné, lundi 29 juillet 2019, le ministre du Commerce, Omar Béhi, qui ajoute tout de même que le processus de ratification a déjà démarré. Bon, pour la Tunisie les choses ne sont pas encore actées, je parle de la ratification par le Parlement, d’ailleurs Tunisia – Africa Business Council, présidé par Bassem Loukil, a rappelé dernièrement aux députés tunisiens la nécessité d’accélérer le pas, l’affaire étant d’importance pour un pays qui est dans de grandes difficultés économiques et qui peut-être trouvera le salut dans l’avenir très florissant de son continent. Le train de la ZLECAF est déjà sur les rails et la Tunisie l’a pris dès son départ, en mars 2018, en paraphant l’accord. Il s’agit maintenant pour les autorités tunisiennes de convaincre leurs concitoyens que ce projet est bon pour eux, bon pour le pays. L’entreprise ne sera pas aisée, elle ne l’est d’ailleurs jamais pour ce genre de méga projet où il y a toujours mille interrogations, avec en plus la circonstance aggravante en Tunisie qu’est l’ALECA. Déjà que ce dernier inspire les pires craintes à la société civile et aux organisations nationales, et que les autorités ont le plus grand mal à négocier sereinement ce dossier avec l’Union européenne, il faut imaginer ce que ce sera quand il faudra se farcir la pédagogie sur la ZLECAF !

- Publicité-

Le ministre du Commerce a commencé à s’y coller : « Ce processus est long dans la mesure où les travaux techniques sont toujours en cours notamment en rapport avec la fixation des listes de produits, la finalisation des négociations sur les règles d’origine des marchandises et l’élaboration du cadre de coopération réglementaire« , a-t-il déclaré lors d’un forum national sur la ZLECAF tenu à Tunis. Ça c’est pour fixer le débat, histoire de ne pas enflammer inutilement les esprits dans un pays qui a tendance à s’embraser plus que de raison, et très souvent à tort.
Pour garantir une intégration africaine réussie, la Tunisie devrait, d’après lui, prendre une série de mesures jugées fondamentales. Il s’agit essentiellement de développer l’infrastructure logistique, en particulier le transport dans tous ses modes, d’assouplir le dispositif financier et de faciliter la mobilité des hommes d’affaires, a ajouté Béhi

Ce forum, organisé en collaboration avec la commission économique des Nations unies pour l’Afrique (CEA), vient selon le ministre présenter l’état d’avancement des négociations sur cet accord, essentiellement auprès du milieu des affaires. A noter que la CEA a pris il y a quelques mois son bâton de pèlerin pour baliser la voie de ce méga projet dont le continent attend beaucoup.
L’objectif, a dit Béhi, est d’initier la mise en place d’une stratégie ZLECAF et d’assurer le bon déroulement de sa mise en œuvre.

Pour Omar Ismael Abdourahman, représentant du bureau du CEA en Afrique du Nord, cette zone de libre-échange, constituée de 1,2 milliard de personnes, sera la plus grande zone de libre-échange au monde, depuis la création de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC).
« La ZLECAF, qui représente 2,5 milliards de dollars du produit intérieur brut total, va booster le commerce intra-africain qui connaîtra une augmentation de plus de 50% en supprimant notamment les droits à l’importation« , a-t-il souligné, déclarant que les échanges intra-africains sont estimés à 16% seulement du commerce continental et faisant observer qu’avec la CEA, la Tunisie a fixé un certain nombre de secteurs concernant les échanges, essentiellement l’agriculture et les produits pharmaceutiques.

Rappelons que l’accord portant création de la ZLECAF a été signé, le 21 mars 2018, par 44 pays membres dont la Tunisie, lors du sommet de l’Union Africaine tenu à Kigali au Rwanda. Et en mai de la même année, ils étaient déjà 50 pays à l’avoir signé. C’est dire que les Africains croient en son gros potentiel.
Le 30 mai dernier, l’accord ZLECAF est entré en vigueur après la ratification de 22 pays membres. Le lancement officiel de cet accord a été annoncé le 7 juillet dernier lors du sommet des chefs d’Etats et des gouvernements, organisé à Niamey au Niger. Mais entre le projet sur le papier et le saut dans le réel, il y a un bon bout de chemin à parcourir pour les Etats africains. De ce point de vue le ministre tunisien du Commerce a raison…

L.S.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,439SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles