Tunisie, Maroc…. : Le FMI alerte sur les dangereuses “frustrations” des citoyens

Tunisie, Maroc…. : Le FMI alerte sur les dangereuses “frustrations” des citoyens

par -

La ville de Marrakech accueille depuis lundi 29 janvier 2018 et durant deux jours la Conférence régionale du Fonds monétaire international (FMI) pour la région du Maghreb et du Moyen-Orient (MENA). Sous l’intitulé “Les opportunités pour tous : croissance, emplois et inclusion dans le monde arabe”, cette conférence traite de l’état des lieux et des perspectives de croissance dans la région.

Le FMI a pointé, via son directeur du département Moyen-Orient et Asie centrale, Jihad Azour, les “frustrations” exprimées par les citoyens dans les pays du Maghreb et du Moyen-Orient, et les réformes nécessaires à conduire.

Jihad Azour a alerté, lors de l’ouverture de cette conférence, sur les risques de montée des tensions sociales et des manifestations dans plusieurs pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord, en expliquant cette tension par le «désir insatisfait» de prospérité et d’équité. Le directeur a appelé à des réformes immédiates afin d’éviter des «explosions» sociales généralisées. Ces réformes doivent viser les problèmes fondamentaux des sociétés de la région : la corruption généralisée et endémique, le taux de chômage élevé, la faible croissance.

En préparation de cette conférence, le FMI avait publié une note de présentation intitulée «Vers une croissance plus soutenue et inclusive au Moyen-Orient et en Afrique du Nord», laquelle a fait un récapitulatif de la situation de la région sous l’éclairage des indicateurs de croissance inclusive, les réformes en cours, les mesures déjà entreprises et les réformes nécessaires pour assurer l’égalité des chances.

Jihad Azour a par ailleurs souligné dans un article publié le 18 janvier dernier que les pays de la région MENA «souffrent depuis des décennies d’un modèle d’assistanat où le secteur public pourvoit à un cinquième des emplois”. Une situation qui ne fait qu’empirer en raison «des conflits interminables, des attentats terroristes, de           la chute des cours des produits de base et du repli de la croissance».

Une productivité faible et une corruption généralisée et omniprésente participent à la décélération des performances économiques de la région, explique  Azour. Dans sa note de présentation, il rapporte la préoccupation du FMI face à une croissance qui ne profite pas à tous et qui creuse les inégalités. Le document pointe également le manque d’opportunités ainsi que la difficulté d’accès à des services publics «abordables et de qualité». “Ce sont tous ces facteurs qui alimentent une grande frustration (…) et qui alertent sur une situation explosive», ajoute le texte.

La note rappelle que la région MENA affiche des taux d’emploi parmi les plus faibles du monde. Moins de 50% de la population adulte travaille, et parmi elle très peu sont des femmes.

Avec une population composée à plus de 60% de personnes de moins de 30 ans, la région a désespérément besoin d’une croissance plus vigoureuse et de plus d’emplois”. Une situation amenée à s’aggraver car 5,5 millions de jeunes arriveront chaque année sur le marché du travail dans les cinq prochaines années, selon cette note.

Selon M. Azour, les réformes les plus urgentes à mener dans la région portent sur «la lutte contre la corruption, la création d’emploi pour les jeunes, l’insertion des femmes dans la vie économique, et le développement du secteur privé». Ces thèmes seront au programme de la conférence de Marrakech à laquelle ont été conviés les hauts responsables des pays de la région, des chefs d’entreprises, des jeunes et des représentants de la société civile. Youssef Chahed, chef du gouvernement tunisien, y est et a rencontré ce mardi Christine Lagarde, directrice générale du FMI, arrivée dimanche 28 janvier 2018 à Marrakech pour présider la conférence “Opportunity4Mena“. “Nous soutenons les réformes du gouvernement et continuerons à travailler en étroite collaboration pour assurer l’équilibre social des réformes“, a indiqué Lagarde à l’issue d’un entretien avec Chahed.
Elle a souligné, dans une déclaration à la presse, “nous avons eu une réunion fructueuse, nous avons discuté des récents développements en Tunisie et des efforts fournis par le gouvernement pour améliorer la situation économique“.

Nous comprenons la frustration des Tunisiens qui n’ont pas encore bénéficié des retombées économiques de la transformation politique“, a-t-elle dit, soulignant que “ce processus est difficile et prend du temps” et que “les réformes sont essentielles pour permettre aux Tunisiens de voir le chômage baisser et sentir la croissance s’accélérer“.

Evoquant les réformes engagées par la Tunisie, elle a noté que “parmi les principales réalisations figurent la loi des finances 2018 ainsi que la stratégie de réforme de la fonction publique visant à améliorer la qualité du service et à ralentir la croissance de la masse salariale“.
Nous soutenons, également, les réformes visant à mettre fin à la corruption et à améliorer le climat des affaires, ainsi que la soutenabilité des entreprises publiques“.

Finalement, elle a réitéré “nous partageons tous le même objectif : croissance et équité. Nous travaillons ensemble pour une économie tunisienne plus forte et un avenir meilleur pour tous les Tunisiens“.

تصريح كريستين لاغارد المديرة العامة لصندوق النقد الدولي اثر لقائها برئيس الحكومة يوسف الشاهد ظهر اليوم بمدينة مراكش المغربية

تصريح كريستين لاغارد المديرة العامة لصندوق النقد الدولي اثر لقائها برئيس الحكومة يوسف الشاهد ظهر اليوم بمدينة مراكش المغربية

Publié par ‎Présidence du Gouvernement Tunisien – رئاسة الحكومة التونسية‎ sur mardi 30 Janvier 2018

1 COMMENTAIRE

  1. Comment approfondir les réformes pour qu’elles profitent aux citoyens? C’est la grande question qui n’aura jamais de réponse dans les 23 pays arabes et en particulier au Maroc . Car les pouvoirs en place de nature dictatoriale ont une priorité à la gérance de la Cité et qui n’est rien d’autres que de s’enrichir de plus en plus sans aucune limitation;c’est donc au détriment des pauvres citoyens qui sont aujourd’hui dans une phase de misérabilisme ou s’aventureront dans une émigration vers l’Europe aux deux risques et, de leur vie et d’être victime d’un racisme et d’ostracisme des européens de souche.

    Pour financer les les projets à Rif ou à Jérada ou ailleurs ,il faut que l’État marocain fait des dépenses alors que les caisses sont vides or l’État au Maroc c’est le Maghzen lui qui s’engorge des milliards d’euros , en sus , des marocains de la société civile qui n’arrêtent pas de voler l’État et non le Makhzen ; les soussis en la personne d’Akhnouche qui à son compte quelques milliards d’euro et dont l’armée marocaine doit se pencher sur ce genre de marocain avec une question posée chez les irakiens ”من أين لك هذا”(les origines de cette richesse) pour assainir une société et rétablir l’ordre républicain au cas limite, car en dehors d’une solution marocaine ,c’est la voie ouverte à un colonialisme européen avec tous ses dégâts…

    Oui , les plans de La Garde ne peuvent être exécuter car aucun voleur ne veut donner de l’aumône de l’argent volée , à l’exception de Robin des bois ! Les plans de La Garde, si nous supposons que ses remarques cachent un plan derrière, sont chiffrés à des milliards d’euros à investir dans le Rif, Zagora,Jérada,…qui veut dire des milliards de moins de la poche de Makhzen ,d’Akhanoudhe,des soussis,des juifs qui font le bon et le mauvais temps à l’intérieur du palais royal mais aussi dans les autres palais des 23 pays arabes…c’est donc une mission impossible et les remarques de La Garde sont inutiles;à moins s’il faut les considérées comme un encouragement à l’armée marocaine de sauver tout un peuple d’une guerre civile et d’un retour à la période de partage du Maroc soit en petites fédérations( des sous États) soit en des zones de Makhzen et des zones de ”Siba” , soit d’un nouveau colonialisme européen…

    Madame Lagarde votre mission au Maroc est une mission impossible. Il faut donc chercher une autre voie à stimuler le vrai pouvoir et ceci devrait passer par l’armée marocaine pour assainir la société et socialement et politiquement pour enfin ,financièrement et donc économiquement …on ne construit pas la terrasse avant les étages…ou mettre les bœufs avant la charrue !! et rien d’autres.

Laisser un commentaire