AccueilLa UNEDes accords, de très bonnes perspectives... et des messages très politiques!

Des accords, de très bonnes perspectives… et des messages très politiques!

La visite du président sénégalais, Macky Sall, à Tunis, les 18 et 19 décembre 2018, confirme les ambitions de la Tunisie sur son continent, l’Afrique, laquelle lui doit son nom, faut-il le rappeler. Le chef de l’Etat djiboutien il y a quelques mois, maintenant celui du Sénégal, à la tête d’un pays dans une belle dynamique économique, parmi les champions continentaux de la croissance dont le FMI dit le plus grand bien et auquel la Tunisie a beaucoup de choses à proposer. Le président tunisien, Béji Caïd Essebsi (BCE) et son hôte, Macky Sall, ont mis sur la table des sujets importants, ont parrainé une kyrielle d’accords mais les deux parties ont bien conscience qu’elles peuvent et doivent faire nettement mieux, en vertu des liens historiques très solides scellés par les leaders Habib Bourguiba et Léopold Sédar Senghor. Cela a d’ailleurs a été martelé par BCE et Sall, comme autant de rendez-vous qui permettent d’entrevoir de brillantes perspectives entre les deux nations. La Tunisie recevait aussi un poids lourd de la CEDEAO (Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest), organisation que la Tunisie ambitionne d’intégrer; elle bétonne d’ailleurs en ce moment son dossier, « lentement mais sûrement« , a confié à African Manager le chef de la diplomatie tunisienne, Khemaies Jhinaoui.

Un vrai virtuose !

C’est un BCE très forme, à l’esprit très affuté – vous me direz que c’est pas une nouveauté ! -, flanqué de sa garde rapprochée, Selma Elloumi Rekik et Noureddine Ben Ticha, qui a reçu le président sénégalais. Essebsi a multiplié les marques d’attention pour son hôte, son « sadikh » (ami) Macky Sall, lui présentant ses excuses parce qu’il est contraint de s’exprimer en arabe pour expliquer à ses concitoyens « ce qu’ils ont fait » avec ses invités. Il était même prêt à parler en français face au petit flottement qu’il y a eu pour actionner le traducteur de Sall. Sans notes, avec une précision et une dextérité qui bluffent toujours son auditoire, BCE a évoqué la trajectoire politique du Sénégal, a magnifié son expérience démocratique qui rayonne dans le continent et ailleurs. Ce qu’il s’est gardé de dire, mais on le comprend, c’est que la Tunisie s’est compliqué la tâche en ouvrant l’ère de la démocratie avec le nec plus ultra, la crème des systèmes politiques mais que fuient comme la peste la plupart des nations de la planète : Le régime parlementaire. C’est cela qui vaut à la Tunisie la plupart de ses déboires politiques. Alors que le Sénégal, de tout temps, depuis Senghor, s’est choisi un régime présidentiel, comme l’écrasante majorité des pays, et presque aucun citoyen sénégalais ne s’en plaint. C’est peut-être tout ça, et bien d’autres choses, que le chef de l’Etat tunisien avait en tête, mais qu’il ne pouvait évidemment pas déballer…

6 accords, mais c’est un début

Il n’y avait pas que la belle épopée de Senghor et Bourguiba au menu, Sall était aussi là pour travailler, pour signer des accords et poser des jalons pour des avancées bilatérales. Ainsi, un accord de coopération dans le domaine de l’Education a été signé. Un mémorandum d’entente dans les domaines de la Poste, des Technologie de l’Information, de la Communication et de l’Economie numérique a été paraphé. Un avenant à la convention culturelle signée entre le gouvernement tunisien et celui du Sénégal, en 1962, a été paraphé. Un programme exécutif de coopération culturelle a été conclu. Une convention de coproduction cinématographique et de coopération dans le domaine du cinéma a été également signée. Mais ce qu’attendaient sans doute les patronats et les hommes d’affaires des deux pays, c’est le protocole d’accord signé par le CEPEX (Centre de Promotion des Exportations) et l’ASEPEX (Agence Sénégalaise de Promotion des Exportations), sous l’oeil intéressé du ministre de l’Industrie, Slim Feriani et du premier vice-président de l’UTICA (Union Tunisienne de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat) Faouzi Elloumi.

L’avenir

Il est dans le souhait, exprimé par BCE, de revoir Macky Sall en Tunisie. L’avenir se lit dans les mots du président sénégalais en direction de son « ainé« , le « doyen« , celui avec qui il a évoqué des sujets d’intérêt commun et qui lui a certainement insufflé une bonne dose d’adrénaline, qui ne sera pas de trop dans le combat qu’il va livrer en février 2019, dans le cadre de l’élection présidentielle au Sénégal. L’avenir est dans l’invitation que Sall a lancée à BCE, pour venir le voir à Dakar; il est dans le souhait formulé par le chef de l’Etat sénégalais de revenir voir Essebsi en 2019, un vrai pari sur l’avenir politique des deux hommes, qui s’y verraient déjà ! Les adversaires de Sall, qui l’attendent de pied ferme pour la joute électorale de 2019, apprécieront le fait que l’actuel président ait déjà plié l’élection. L’avenir est dans le renforcement des liens entre les deux pays, entre une Tunisie qui s’ouvre des horizons avec les réformes sur les rails et qui a un savoir-faire à vendre dans moult domaines, et un Sénégal qui sera plus prospère grâce à la manne gazière et pétrolière et dont l’économie est portée par les grands chantiers du Plan Sénégal Émergent (PSE), dont la phase 2 (2019-2023) vient d’obtenir des engagements de financement de 14 milliards de dollars de la part du groupe consultatif de Paris (alors que le Sénégal en espérait 4,9). L’avenir s’entrevoit avec la CEDEAO, dans laquelle la Tunisie est membre observateur, pour le moment et dont le secrétaire général sera invité prochainement pour parapher d’importants accords préférentiels, a annoncé Jhinaoui à African Manager. Enfin l’avenir se dessine dans la ZLECA (Zone de Libre-Échange Continentale Africaine), un projet titanesque qui peut changer le destin de tout le continent et pour lequel la Tunisie a déjà signé.

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,998SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -