AccueilLa UNEBergamini l'a dit, on l'a dégommé, un expert basé en Suisse le...

Bergamini l’a dit, on l’a dégommé, un expert basé en Suisse le redit

L’ambassadeur de l’Union européenne en Tunisie, Patrice Bergamini, a dit dans un entretien qui restera dans les annales, au moins par le tolet qu’il a provoqué en terre tunisienne, que le problème du pays n’était pas d’ordre politique mais économique. Le bruit de l’avalanche de critiques résonne encore. Riadh Sidaoui, directeur du Centre arabe de recherches et d’analyses politiques et sociales (CARAPS), basé à Genève, vient de faire les mêmes constats, à peu de choses près. Il bénéficiera certainement de plus de clémence de la part d’une opinion publique intraitable et qui tire sur tout et tout le monde, car ce qu’ils disent, lui et Bergamini, vient de se confirmer dans les faits. Après un deuil national de sept jours en hommage au président Béji Caid Essebsi (BCE), premier président élu démocratiquement au suffrage universel, décédé le 25 juillet 2019, les Tunisiens ont les yeux tournés vers l’avenir.
Dans les semaines qui viennent, le pays entrera en période d’effervescence électorale. La transition démocratique est bien en marche.

- Publicité-

Quelques heures à peine après l’annonce du décès du chef de l’Etat, le président du Parlement Mohamed Ennaceur a été investi Président par intérim, selon les dispositions de la Constitution.
Un scrutin législatif est prévu le 6 octobre 2019 et la date de la présidentielle a été avancée au 15 septembre 2019 « afin de respecter le calendrier prévu par la Constitution« , le président par intérim ne pouvant rester en poste plus de 90 jours.
Tout s’est passé dans les règles de l’art pour la jeune démocratie tunisienne, seule démocratie rescapée des printemps arabes.
Les institutions internationales n’ont cessé de vanter cette exception tunisienne. Mais, elles sont toujours inquiètes pour l’économie qui continue de traverser une mauvaise passe depuis plus de 8 ans.

Une démocratie confirmée, mais sans croissance

En mai 2014, la Banque mondiale avait critiqué dans son rapport « La Révolution inachevée » les politiques économiques passées de la Tunisie.
« Les performances économiques décevantes de la Tunisie sont le résultat de multiples barrières au fonctionnement des marchés et de distorsions profondes instillées par des politiques économiques bien intentionnées mais mal orientées« .
Le bailleur de fonds mondial a reconnu en 2018 que la Tunisie est parvenue à sortir de l’impasse politique de 2014 et à muter vers un système de gouvernance ouvert et démocratique.

Riadh Sidaoui estime que « la question économique est aujourd’hui très compliquée et très difficile. Car, les plus grands investisseurs dans le monde sont des promoteurs privés qui cherchent toujours les gains dans des pays stables. Ce sont des électrons libres et personne ne peut les obliger à investir dans un pays et non pas dans un autre (…). Seule l’efficacité et la stabilité de l’économie tunisienne pourrait les attirer. Il faut que la Tunisie devienne un pays compétitif« , prévient-t-il.

En réponse à une question de TAP sur les points faibles, l’expert tient à rappeler que la question économique ne figure pas parmi les prérogatives du président de la République comme cela est stipulé dans la nouvelle Constitution tunisienne.
« Le président est chargé principalement des affaires internationales et de la défense. Il est un symbole unificateur, mais il n’a aucune relation directe avec les dossiers de la santé, de l’éducation, l’emploi, l’économie, le transport. Ce sont les prérogatives du chef du gouvernement« , a-t-il déclaré à TAP.
D’après lui, la diplomatie économique peut jouer un rôle dans la mobilisation d’aides internationales au profit de la Tunisie, mais ces aides sont, jusque-là, très faibles par rapport aux besoins de l’économie tunisienne.

L’absence de croissance économique peut impacter la démocratie et son fonctionnement

Depuis la révolution de janvier 2011, la Tunisie n’a cessé de progresser sur le plan politique et démocratique. Mais, ces progrès n’ont pas été accompagnés de l’essor économique espéré. Le pays traverse toujours une passe très difficile et la situation inquiète de plus en plus les Tunisiens.
La croissance est ralentie. Les déficits public et courant s’aggravent. Le chômage et les inégalités régionales et sociales se sont creusés davantage et l’investissement peine à se rétablir.
En 2017, près de 15 000 jeunes tunisiens ont quitté le pays vers l’Europe. Le taux de chômage a atteint 15,3 %. La Tunisie a toujours du mal à placer ses diplômés.
L’inflation est forte. Le pouvoir d’achat se dégrade. Le FMI a prêté au pays environ 3 milliards de dollars. Les ménages tunisiens sont fortement endettés.

Tous ces éléments ont été reconnus par les dirigeants successifs de la Tunisie. Ceux-ci avaient rappelé aux Tunisiens dans leurs discours, à plusieurs reprises, l’ampleur des défis à relever dans ce domaine, sans néanmoins les éclairer sur les sorties possibles. La plupart des décisions d’ordre économique n’étaient pas d’un grand apport, surtout pour les familles démunies et les couches sociales défavorisées.
En 2019, le FMI annonce des performances décevantes de l’industrie, des paiements courants affectés et une faible croissance.
Le taux du PIB en Tunisie « sera très probablement autour de 2 % au plus« , alors que « atteindre l’objectif d’un déficit budgétaire de 3,9 % du PIB est crucial pour limiter l’accumulation de la dette publique, qui a d’ores et déjà atteint 77 % du PIB à la fin de 2018« , indique le FMI…

Bien que les Tunisiens continuent d’exprimer leurs « attentes déçues » de la révolution, une grande majorité d’entre eux reconnaît, aujourd’hui, que la jeune démocratie tunisienne a réussi à s’imposer comme modèle dans le monde arabe.
C’est confirmé, la Tunisie a réussi, aujourd’hui, son pari démocratique, mais les candidats aux prochaines élections législatives et présidentielles devraient savoir que c’est seulement en renouant avec la croissance économique que le pays pourra avancer davantage sur le chemin de la démocratie sans craindre une expérience sociale qui pourrait mal tourner. La transition politique est déjà en marche, place maintenant à l’économique !

SL/TAP

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,723FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,476SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles